Bon, c’est pas pour dire, mais écrire un blog avec la
cuisine comme excuse principale, pardon je voulais dire comme thème principal, me
fait faire des trucs dont je n’aurais pas rêvé il y a quelques temps.

 

Sur les cinq personnes qui composent cette famille, je ne
compte pas mes chats  qui n’ont pas le droit à la parole
quand il s’agit de bouffe, même si sur d’autres sujets on leur demande leur
avis : « tu n’as pas trop chaud ma Paprika sous ma couette et toi
Miss Tache je ne te dérange pas trop quand je bouge la nuit ? ».

 

Je reviens au sujet qui me préoccupe et qui fait rarement l’unanimité
dans cette famille : ma cuisine. Entre celle qui ne mange pas de tomates ni de fromage, sauf
la raclette, ne me demandez pas pourquoi, mais je pense que c’est pour faire caguer
(vous avez vu comment je me suis mise au Provençal) sa mère. Elle ne mange pas non plus de quenelles mais ça c’est pour embêter sa deuxième mère.

Le petit dernier
n’aime ni tomates cuites, ni fromage (et surtout pas en gratin), ni riz. Le
grand, il aime tout mais comme il a 14 ans il râle quoique l’on fasse. Et tout
le monde est d’accord sur une chose : « Ahh non Maman, pas encore une
de tes soupes, pourquoi tu nous fais pas une soupe en brique ». Grrr.

Le
seul qui n’est pas (trop) casse-pieds, c’est mon Bob, (c’est peut être pour ça
que je l’ai épousé, avec moi ça fait une moyenne) et il mange tout ce que je
lui fait. Bon d’accord le panais il n’a pas aimé, mais pour le reste il aime les
mêmes choses que moi.

 

Pour en revenir à la galette, j’ai voulu essayer d’en faire
une. Mais pourquoi donc faire une galette quand on en trouve des toutes faites,
très bonnes d’ailleurs, dans le commerce. Parce que, celle je j’ai faite, je
n’en ai jamais vu dans le commerce. J’ai trouvé cette idée l’an dernier sur un
blog de cuisine (impossible de me souvenir du quel !). Et cette année malgré tous les gâteaux et les galettes des rois que j’ai vu
(bon d’accord je n’ai pas regardé tous les blogs) je ne l’ai pas vu.
J’ai voulu essayer de faire une galette avec de la crème de calissons.


(C’est un truc à se rouler par terre, et on peut le manger à la petite cuillère. Miam)

J’ai fait ça le soir où Garance est venu dîner avec son
Chéri, parce que j’étais sûre que les enfants n’en voudrait pas et pour deux
cela faisait beaucoup trop et comme ça je vous fait part de mes test
culinaires. A défaut de mes enfants j’ai au moins quelques personnes qui
profitent au moins visuellement des mes trucs. Donc me voici revenu à mon point
de départ qui était que ce blog à thème me permet
de faire des tests et de vous en faire profiter. C’est pas beau tout ça.

 

Ingrédients :

 

  • Deux plaques de pâte feuilletée de chez Monsieur Picard
    (voir note sur les tartes fines)
  • Un pot de crème de calissons
  • Un jaune d’œuf
  • Un peu d’eau

Mettre le four à chauffer à 200°

Etaler une des pâtes sur un plan de travail fariné, découper
un rond (j’ai utilisé un saladier). Mettre ce rond sur du papier sulfurisé.

 

Mettre dessus jusqu ‘a deux cm du bord la crème de
calissons. Eventuellement mettre un sujet (une fève chez les nordistes*).
Mettre par-dessus le deuxième rond, Sceller les deux en appuyant sur les bords
ou en les roulant ensemble. Faire les dessins que l’on veut sur le dessus.
Mélanger le jaune d’œuf avec quelques gouttes d’eau, (juste pour le rendre un
peu plus liquide) et passer le jaune d’œuf avec un pinceau sur toute la galette.
Mettre au four environ 40mn, tout en surveillant de très prés pour que cela ne brûle
pas.

 

 

Le résultat était très satisfaisant, surtout vu le travail
fourni. Mais je l’ai trouvé quand même très sucré, je pense qu’il faudrait
mélanger la crème de calissons à quelque chose d’autre pour adoucir la teneur
en sucre. J’y réfléchi (vous pouvez vous aussi) et je vous tiens au courant l’année
prochaine.

 

 

* Bon un peu de culture régionale. Dans le nord de notre
beau pays on mange essentiellement des Galettes des rois à la Frangipane, même
si ces dernières années se sont multipliées les galettes à la compote de pommes
ou pommes framboise ou poires chocolat. Dans ces galettes on trouve un petit
objet décoré en porcelaine appelé la fève et qui permet de déclarer Roi ou
Reine celui qui s’est cassé la dent dessus.

 

Dans le Sud, mais alors très au Sud puisque à Cavaillon ils
n’avaient pas l’air d’être au courant), donc je disais à Aix et à Marseille, on
mange aussi la galette à la Frangipane, mais la tradition locale lui préfère le
Gâteau des Rois, qui est lui une brioche à la fleur d’oranger avec des fruits
confits dedans et surtout dessus. Et que trouve t-on dans ce gâteau ? Eh bien,
un sujet : petit objet décoré en porcelaine qui casse les quenottes et une fève, mais
une vraie fève, celle du légume.


 

Il existe plusieurs traditions qui co-habitent : une
dit que celui qui trouve le sujet paye le prochain gâteau et celui qui trouve
la fève amène la prochaine bouteille (mais c’est ma bande de copains bois-sans-soif
qui me l’a rapporté alors je ne garantis pas la véracité de cette version. D’autres
gardent la fève dans leur porte monnaie pour avoir la prospérité toute l’année
et certains se coiffent d’un couronne en papier quand ils se sont débarrassé d’un
chicot.

 

Bon si j’ai oublié des détails ou si, que le très grand m’en
préserve, j’ai fait un erreur, j’espère que les régionaux de mes visiteurs
pourront corriger.

 

photo fèves : http://www.legume-sec.com/Monde%20LS/3_Les_f%C3%A8ves.htm

12 réponses

Trackbacks (rétroliens) & Pingbacks

  1. […] comme première recette de l’année une galette des rois comme le veut la tradition. L’an dernier j’avais utilisé que de la crème de calissons pour faire ma galette et c’était un peu trop […]

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.