juil 172008
 

Alors voilà la photo de mon dip fromage-tomate de l’autre jour. Je l’ai refait et c’est vraiment très bon. Remarquez, c’est seulement mon avis. Vous avez le droit de ne pas être d’accord!

 

 

Alors je récapitule, mettre dans un mixer des tomates séchés (pas à l’huile dans mon cas) coupés en morceaux, ajouter une gousse d’ail pelée et pressé. Une cuillère à soupe d’huile d’olive et mixer. Ajouter ce mélange à un paquet de fromage de type St*Moret et servir avec des gressins des chips.

Pour le deuxième DIp, c’est Claude qui m’a montré comment faire. Je ne garantis pas l’orthographe mais cela s’appelle de l’ailletade. C’est super facile mais encore plus en la regardant faire. Alors toujours le même petit mixer, mettre 4 gousses d’ail épluchés mais pas pressé et 5 cuillères à soupe d’eau. Mélanger de manière à obtenir de l’eau aillé. Mettre dans un bol et ajouter 125gr d’amandes en poudre. Mélanger puis ajouter de l’huile d’olive pour obtenir la consistance souhaité. Encore une fois à servir avec des gressins ou même des toasts de pain grillé.


Petites remarques : oui c’est trés aillé mais c’est comme ça. Ensuite l’équilibre entre eau et huile d’olive est à ajuster selon les gouts. On peut mettre moins d’eau et ajouter de l’huile ou alors vice et versa!!!. C’est comme on veut. Et enfin pour la poudre d’amandes on peut utiliser de la poudre blanche ou alors celle faite à partir d’amandes non émondés. Cela change principalement la couleur.

Et pour terminer, juste un petit truc super bon. Je pense que j’ai trouvé cette idée chez Mamina (puisqu’il s’agit de coquilles St Jacques) mais je n’en suis pas sure. Je n’ose même dire que c’est une recette. Pour vider le congel où quelques coquilles se morfondaient, je les ai fait dégeler puis entourés d’une fine tranche de bacon, enfilé sur des brochettes puis quelques minutes au barbecue. Pour ce test nous n’avons mis aucun assaisonnement, rien nada, juste comme ça et c’était vraiment très bon.


Edit du 07/11/13 : Merci à Jorgi et son commentaire ci dessous qui me fait remarquer que ailletade s’écrit en occitan  alhetada!

Rendez-vous sur Hellocoton !
 17 juillet 2008  Add comments

  6 Responses to “Les dips de l’été : Fromage-tomates séchés et ailletade”

  1. Je pique volontier l’idée n°1… J »adore les apéro dinatoire !

  2. dernier apéro au bord de la piscine, alors ?
    je vous croyais déjà partis…
    dommage, ma terrasse ne sera prête que dans qq jours, mais si vous avez besoin d’un petit remontant ou d’un café en attendant le camion, n’hésitez pas !(je sais, ça fait un peu loin…)
    profitez bien des qq jours qui vous restent, bon courage pour le déménagement
    grosses bises à tous

  3. Je ne suis pas sûre d’être l’auteur de ces brochettes mais j’aurais pu… quant à l’ailletade, je vais te la piquer.

  4. c’est marrant hier j’ai fait par hasard pour la première fois de l’Alhetada et autres préparation aperitives et l’heloise carton qui passait par là m’a dit qu’elle avait vu ça sur ton blog. tu peux y ajouter une pointe de safran.

  5. Bonjour! Trouver une recette de l’alhetada (c’est comme ça que ça s’écrit en occitan, car c’est une vielle recette occitane) presque parfaite sur le blog d’une parisienne franco-suédoise m’a épaté! La transcription en français « ailletade » n’est pas mauvaise. Pour ma part, je n’y met pas trop d’huile, sinon ça tourne à l’ailloli, et c’est moins digeste (chez nous, on dit que « ça revient », ou que ça « vous reproche », bref on en mange toute la journée!). Par contre, je sale un peu, ou bien je rajoute des anchois au sel nettoyés lavés (mais pas trop), mixé ou, mieux, écrasés au mortier. On peut rajouter de la menthe fraîche ou du fenouil si l’on ne met pas d’anchois. Ça fait partie des « companages » (prononcez « coumpanatgé » avec la tonique sur le « at ») c-à-d ce qui va avec le pain. Bon appetit.

    • Merci Jorgi pour ces précisions. J’en profite pour faire un édit et mettre votre orthographe. Quant à la Parisienne, elle habitait Aix en Provence à l’époque et avait des copines très au courant de la cuisine du coin. (C’est fou ce que ça me vexe quand on m’appelle la Parisienne. ;) C’est juste l’endroit où j’habite. Zut de flûte.)

Laisser un commentaire