J’ai eu la très grande chance la semaine dernière de passer un moment dans la boutique Petrossian de l’avenue de Latour-Maubourg en compagnie de Madame Petrossian et de Mathieu S.

Une invitation à découvrir leur produit : Fleur de Caviar dont j’avais entendu tellement de bien chez Anne  et Dorian ici et là.  Madame Petrossian m’accueilli avec tant de gentillesse que je me suis tout de suite sentie à l’aise dans ce monument de la gastronomie.

Il était évident pour elle que je devais goûter du caviar frais avant de goûter la Fleur de Caviar pour me mettre le goût du caviar en bouche. Après un essai de Alverta (esturgeon blanc d’Amerique) et du Baeri (esturgeon d’origine Russe mais élevé en Gironde) j’ai pu essayer la Fleur de Caviar! Évidemment très différent du caviar frais que ce soit en goût ou surtout en consistance mais une très belle découverte. Ce sont des œufs d’esturgeon séchés  utilisés dans un moulin type moulin à poivre que l’on peut utiliser pour agrémenter ce que l’on veut comme un condiment. Sur des toasts de tarama par exemple comme j’ai pu le faire ce jour là. Un vrai régal ce Tarama d’ailleurs, fait maison of course! Léger et pas trop fumé, vu sa couleur sans colorants un goût long en bouche sans amertume). Goûté avec et sans la Fleur de caviar. D’abord sans; un gout long du tarama avec un petit « kick » à la fin mais pas d’amertume et très fin. Ensuite avec la Fleur de Caviar, déjà la consistance a changé puisque avec les graines séchés on a un léger craquant et le gout rajoute au gout du tarama sans vraiment que j’arrive à l’expliquer…

Evidemment comme un condiment on peut s’en servir dans plusieurs plats : dans un risotto, une purée ou avec du saumon fumé.

D’ailleurs c’est ce que j’ai fait…. La suite de ma sortie Petrossian fut passé à parler de saumon fumé d’ailleurs, un saumon préparé avec beaucoup de soin.  Strictement contrôlé surtout pour l’alimentation il est ensuite fumé et salé (au gros sel et pas du sel liquide comme le feraient d’autres) . Puis palpé pour vérifier jusqu’où le sel à pénètré, ensuite au repos avant commercialisation. Là j’ai eu droit au decroutage du saumon. Il arrive entier à la boutique, enfin presque puisqu’il arrive sous la forme d’un demi saumon sans tête mais avec la queue et il faut procéder à la découpe de tous les morceaux qui ne sont pas mangeable. Je vous mets les photos de cette étape:

 

Saumon tel qu’il est reçu à la boutique

Enlèvement des bords

Et de l’autre coté

Après avoir enlevé les arrêtes avec une pince

Et enfin la découpe des tranches, fines, grandes

N’est pas?

Les clients n’ont pas arrêter de défiler dans la boutique pendant tout le temps où j’étais là, Madame Petrossian répondait aux demandes des clients puis reprenait notre conversation là ou l’avait laissé sans l’ombre d’une hésitation. Pendant ce temps c’était Mathieu qui me donnait tout un tas d’autres explications sur les nouveaux produits Petrossian à base de caviar, le PapierRusse, les feuilles de caviar préssés pour faire de luxueux makis. Le Caviar cube  petits cubes pour apéritif par exemple, fabriqué à partir de caviar préssé, etc….

Le soir même nous avons donc eu la chance de pouvoir avoir sur notre table du salon fumé et de blinis. Comme mes ados meurent tout le temps de faim,j’ai fait également cuire des petites pommes de terre à l’eau. Faut bien les nourrir ces petits. Je récapitule, saumon fumé, blinis, petites pommes de terre, une bonne crème fraîche épaisse et pour couronner le tout la Fleur de Caviar. Le saumon était magnifique seul ou avec la Fleur de Caviar, les blinis moelleux à souhait et l’association pommes de terre, crème et fleur de caviar une merveille. Bref, comme dirait l’autre, un dîner somptueux avec des produits extraordinaires.

 

Évidemment le caviar reste une denrée extrêmement chère mais de temps en temps il faudrait pouvoir se faire une petite folie!

Je voudrais particulièrement remercier Madame Petrossian pour sa gentillesse et toutes ses explications passionnantes ainsi que Mathieu pour son invitation à un voyage extraordinaire.

Fleur de Caviar : Moulin de 30gr 54€ en vente à la boutique ou sur le site http://www.petrossian.fr

8 réponses
    • bernier
      bernier dit :

      Même si tout ce qui est rapporté est vrai sur le fond, l’article ressemble plus à un copier-coller d’un texte Petrossian qu’au fruit d’une réflexion personnelle.
      Nous disposons du communiqué de presse…
      « Faut pas jouer le riche quand on n’a pas le sou »…

      Répondre

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.