On continue de s’installer (la chambre de Miss Bobette n’est toujours prête mais elle survit toujours) et surtout de redécouvrir Paris. Les enfants commencent à trouver leurs marques surtout du coté du Star*bucks café.

Je retrouve pas mal de copines et je continue la bonne habitude prise à Aix de déjeuner aux terrasses des cafés. (Message subliminal aux gens du Sud, ici aussi il fait beau du moins pour l’instant!). Nous avons découvert avec plaisir le marché Edgar Quinet du Samedi, et il y a pleins de troquets autour pour prendre son petit café du matin. Nous avons même vus des Tellines! Miam


J’ai également profité de la proximité pour aller faire un tout en Normandie voir un conseil municipal qui fait plaisir à voir. A ce propos, petite question subsidiaire : combien de temps faut-il pour aller faire un Paris-Rouen en voiture : le temps d’écouter en entier la BO du film Mamma Mia + 9 chansons.

Nous avons ressorti nos vélos (c’est curieux mes pieds touchent toujours difficilement le sol, je n’ai pas grandie avec tous ces déménagements). Je copie ma belle soeur, Léonie et  je suis les conseils de notre ami Karl et même si c’est (très) moche je suis très visible. Je veux bien croire que se déplacer en vélo dans Paris n’est peut être pas très sure mais c’est drôlement pratique.

 

 

Forcément, je ne peux plus ramasser des olives ou des
figues ou des tomates vertes (Merci Charlotte de me faire bisquer comme ça)  mais par contre je continue d’aller chez mon grand ami Bleu et Jaune (je crois que je vais arrêter de mettre les noms des marques en clair, puisque maintenant on me prend pour un revendeur de  chaussures B*e*n*s*i*m*o*n) et là dans ma récolte de choses plus ou moins utiles j’ai trouvé cette série de recettes tipicos. Donc, maintenant ma cuisinière fonctionne, contrairement à d’autres qui ont déménagé en sens inverse et qui en profitent à fond pour faire de magnifiques photos. (Jalouse moi? Mais non!). Je peux enfin utiliser plus de 1 plaque à la fois et surtout je peux utiliser les plaques et le four simultanément. Alors je me lance et je fais une nouvelle recette …. qui n’a pas besoin de chauffer. Forcément c’est un parfait! Au fait c’est quoi un parfait? En Suède c’est un dessert glacé mais  d’après ce que j’ai trouvé sur Internet c’est autant un dessert glacé que juste un dessert refroidi au frigo quelques heures.  Et pour vous c’est quoi?

Bref voici la recette du Parfait aux airelles vue par qui vous savez

 

Ingrédients pour 4 à 6 personnes:

  • 2 œufs
  • ½ dl de sucre
  • 1,5 dl de confiture d’airelles (également appelé
    Lingonsylt)
  • 3dl de crème fleurette

Fouettez les œufs et le sucre jusqu’à ce que le mélange soit bien homogène. Incorporez la confiture d’airelles. Fouettez la crème très ferme et en réserver un peu pour la garniture. Incorporez délicatement la crème au mélange œuf-sucre. Versez dans des ramequins ou dans un moule et mettez au congélateur au moins pendant 4 heures. Sortez le parfait 5 ou 10mn avant de servir et garnissez de crème fouetté et de confiture d’airelles.


Retour sur la kapital après quelques jours en Provence, comme par hasard. En fait nous étions dans les Alpes de Haute Provence pendant quelques jours. Le repos totale sans cartons à vider, sans carreaux à casser ou de trous à reboucher.  Puis deux jours à Aix et St Mitre pour voir les copains et la famille à l’occasion d’un mariage. Donc maintenant retour dans notre appart avec la cuisine qui ne s’est pas agrandi depuis notre départ. De même le four et les plaques ne se sont pas mis à fonctionner miraculeusement non plus. (Cela étant dit je ne veux faire pleurer personne je peux faire fonctionner une plaque électrique à la fois en attendant que le branchement soit correctement fait).

Donc recette glacée.  Claude (encore et toujours) m’a montré comment elle faisait de la glace sans machine. C’est assez génial comme astuce et on peut le décliner comme on veut avec les fruits de saison ou congelé avec de la crème fraiche (allégé ou pas) et nous avons même essayé avec un yaourt au soja.

Alors pour les fruits essayé, quand j’étais là c’était melon puis abricot et enfin banane. Claude avait déjà essayé avec des framboises mais nous n’en avons pas trouvé sur le marché.

Le premier impératif est de le faire avec de bons fruits bien sucrés et gouteux. Cela a l’air idiot comme commentaire mais avec des fruits moyens cela donne une glace sans gout (croyez moi nous avons essayé avec des abricots trop murs), ensuite il faut le faire en plusieurs fois. On peut le faire en début d’après midi pour le soir, cela dépend de capacité de congélation de votre congélateur!

Pour 3 à 4 personnes

  • 1 melon
  • 2,5 dl de crème liquide
  • 3 cuillères à soupe de sucre en poudre (à ajuster selon les gouts)


Couper le melon en morceaux sans graines et peau bien entendu. Les mettre au congélateur quelques heures. Sortir le melon et passer les cubes de melon dans un mixer. Ajouter la crème et le sucre pour faire un mélange onctueux. Mettre dans un récipient allant au congel et attendre quelques heures que le le mélange durcisse.


Remarque : pour certains fruits penser à ajouter quelques cuillères à soupe d’eau.


Bon alors ça c’est pour la théorie, chez Claude nous l’avions fait avec son robot mais ici je n’ai qu’une petite bricole qui mérite à peine le nom de robot et les morceaux de melon glacé n’ont pas du tout été apprécié donc j’ai juste fait une mini dose et j’ai arrêté là. Je ne voulais pas y passer des heures. Je sens que Mr Dar*ty va avoir droit à une visite incessamment sous peu. Il va falloir que j’en trouve un petit mais efficace.


Forcément, je lis des blogs de cuisine, forcément beaucoup de recettes me font envie mais pas toutes me paraissent réalisables pour des questions d’ingrédients ou de matériel. Une fois je suis tombé sur une recette de macarons avec comme quantité de sucre indiqué : 62,5gr. Sérieusement vous avez des balances qui indiquent au demi gramme prés vous ? Et franchement entre 62gr et 63gr cela va vraiment faire une différence ? Si c’est le cas ce n’est pas une recette pour moi!

Quant aux ingrédients c’est comme les ustensiles il faut mettre une limite quelque part, par exemple la taille des placards. Mais ce n’est pas le propos de ce billet. Je voulais vous parler d’une recette de  Mamina. J’admire l’énergie de Mamina et son inventivité sans parler du fait que quand elle fait une recette le résultat est toujours magnifique et la photo est jolie. Forcément moi cela ne donne pas la même chose. Comme c’est souvent pour le dîner, les photos au flash ne sont pas terrible. Cela étant dit, mes testeurs ne se sont pas arrêtés à ce détail et cette recette fut une réussite. Il est clair que c’est plus jolie en gratin individuel  mais là cela a été efficace.

 

Pour la recette originale (et la photo) c’est ici. J’ai juste réduit la quantité de sucre, que j’ai remplacé par de la cassonade et j’ai augmenté la quantité de crème de calisson (Mmmmmmm).

Ingrédients :

  • 1 kg de pommes à cuire
  • 3 œufs
  • 1 dl de cassonade
  • 2 dl de lait
  • 2 cuillères à soupe de poudre d’amande
  • 3 cuillères à soupe de crème de calisson
  • Une lichette de beurre

Préchauffer le four à 210°

Éplucher les pommes et les couper en quartiers. Faire revenir les quartiers dans une poêle avec du beurre pendant 5mn environ en les retournant.

Mélanger dans un saladier, les œufs avec le sucre, puis ajouter le lait et la poudre d’amandes et la crème de calisson.

Beurrer un plat à gratin, disposer les quartier dans le plat (joliment dit Mamina), verser le mélange par-dessus. Mettre au four pendant 10 à 15mn pour des gratins individuels, environ 25 à 30mn pour un plat complet.

Servir immédiatement ou tiède.

 

Dans les nouvelles qui me réjouissent pour la mode de cette été, il y a celle que m’a transmise Léonie concernant Marimekko et H&M. Libé en parle aussi. Alors en fait H&M a confié à Marimekko une partie de la collection printemps été 2008. Et cela donne ça :

Vivement le mois d’avril. Et tant que les maillots de bain ne sont pas encore là je continue a faire des gâteaux de noël, forcément il me reste du mincemeat.

Je suis parti d’un gâteau classique (le sockerkaka, sorte de 4/4).

Ingrédients :

  • 3 œufs
  • 2dl de sucre cassonade (il était prévu 3dl de sucre blanc)
  • 1 cuillère à café de levure chimique
  • 3dl de farine
  • 1dl d’eau
  • 75gr de beurre

 

Chauffer le four à 175°. Faire fondre le beurre. Puis ajouter l’eau. Mélanger très fortement les œufs et le sucre, ajouter la farine et la levure, puis le mélange beurre et eau. Quand le mélange est homogène ajouter le mincemeat. Mettre dans un moule beurré ou dans un moule en silicone. Mettre au four pendant 1h.

Moelleux à souhait, un petit rappel de Noël bien à propos pour l’heure du thé.


Je pourrais presque faire une catégorie à part et le clamer sur les toits, en effet mes enfants sont autonomes. Ils savent se faire l’essentiel : des pancakes et des gaufres. C’est beau non ?

D’accord j’exagère un peu, Miss Bobette est également la reine des pâtes à la Carbonara, sait nous mitonner des bons dîner avec sa copine Poulette N°1. Bob Junior, c’est le roi de la bolognaise. Ptit’’Bob, quant à lui pour l’instant reste encore à l’étape de la préparation de la purée en sachet (mère indigne que je suis), quelque fois  il a des idées que je dois réaliser et cela donne des  ….pâtes. Quelle surprise!

Bref, la reine des gaufres c’est ma Bobette.

Ingrédients pour 20 gaufres environ :

  • 500 gr de farine
  • ½ l de lait
  • 250gr de beurre
  • 175gr de sucre
  • 3 œufs
  • 1 pincée de sel
  • 1 sachet de levure

Faire fondre le beurre. Battre les œufs puis ajouter en alternance progressivement la farine et le lait. Ajouter ensuite la levure, le sucre, le sel et le beurre refroidi. Bien mélanger pour obtenir une pâte homogène.

Faire chauffer le gaufrier quelques minutes, si c’est nécessaire faire fondre un peu de beurre dans le gaufrier et l’étaler avec un peu de papier cuisine. Dans le cas de notre gaufrier, mettre une louche de pâte fermer le gaufrier et attendre quelques minutes.


Servir avec ce que vous voulez, confiture, nutella, sucre, sirop d’érable etc….

Comme mes enfants en font des quantités, limite, industrielle, il en reste souvent pour le petit déjeuner du lendemain, elles se conservent très bien. On peut les réchauffer très vite dans le gaufrier.

PS1 Anne P&P a parlé récemment des gaufres et surtout de son magnifique gaufrier ici.

PS2 : à propos de mes enfants et ma capacité à être une mère indigne, un blog qui me fait beaucoup rire est celui de ClaireMM  mère-pas-top. Cela étant dit, quelque fois je pleure aussi.

 

PS 2 : Vous parler des gaufres me rappelle immanquablement
quand Léonie nous offre des gaufres sur la plage de Trouville. Miam

 

Les vacances ont été trés sympa. Une semaine à la neige avec des amis, beaucoup de neige, quelques jours de soleil, quelques jours avec du vent et de la neige qui nous ont obligés à rester tranquillement au chaud avec nos bouquins. Un cinéma sympa dans la station. Nous  en avons profité pour voir Le cœur des hommes 2 qui est un film agréable à regarder, il ne va pas changer la face du monde mais franchement si un film me permet de passer un bon moment je trouve ça très plaisant.

Ensuite dans une  autre catégorie, il y avait Je suis une légende avec Will Smith. Quand je dit une autre catégorie cela n’a rien a voir avec le précédent. J’ai passé mon temps à sursauter en attrapant la main de mon fils de 15 ans (« lâches moi, Maman tu me fais mal quand tu serres trop fort. »). Les zombies sont effrayant à souhait et tout dans le film est fait pour faire peur, même quand une simple porte claque. Ensuite, pendant les quelques heures qui m’ont été nécessaires pour m’endormir je me disais que ce n’était vraiment pas un film pour moi.

Le seul point noir des vacances fût le temps d’attente pour passer le tunnel du Fréjus, 3 heures à l’aller pour parcourir 6km et proportionnellement 1 heure pour 2km au retour. Sans aucune raison annoncé et sans explications à posteriori. Et là franchement, nous sommes content que les enfants soient grands et se tiennent tranquilles dans la voiture.


Et au retour, pour commencer l’année, comme première recette de l’année une galette des rois comme le veut la tradition. L’an dernier j’avais utilisé que de la crème de calissons pour faire ma galette et c’était un peu trop sucré. Alors cette fois ci j’ai fait une petite crème que j’ai mélangée à de la crème de calissons et c’était nettement mieux.


 

Ingrédients :

  • 2 rouleaux de pâte feuilleté toute prête ou maison
  • 2 œufs entiers
  • ½ dl de sucre
  • 1 cuillères à soupe de poudre d’amandes
  • 1 cuillères à soupe de maïzena
  • 1 dl de lait
  • 3 cuillères à soupe de crème de calisson
  • 1 jaune d’œuf 

Faire chauffer le four à 200°.

Diluer la maïzena dans le lait. Puis mélanger dans une casserole à feu doux les œufs, et le sucre. Rajouter le mélange lait maïzena et faire épaissir, toujours à feu doux. Quand le mélange a pris la consistance d’une crème, ajouter la poudre d’amande puis la crème de calisson.

Etaler une des pâtes feuilletées sur une feuille de papier sulfurisé, mettre dessus la crème. Placer le sujet (ou la fève) où vous voulez. Mettre la deuxième pâte par-dessus et souder les bords en appuyant dessus.

Passer du jaune d’œuf au pinceau sur le dessus de la galette, éventuellement après avoir fait des dessins au couteau dessus.

Mettre au four 20mn.

 

 

Cette galette a eu beaucoup de succès auprès de mes loustics.
SI vous voulez voir une autre recette de galette aux calissons,  Anaik du Confit c’est pas gras en a faite une chez Marmiton.



Une nouvelle version du pain d’épice. Celui de l’an dernier était délicieux mais il s’était écroulé pendant la cuisson et comme me la fait remarquer ma copine Charlotte, la levure et le bicarbonate cela fait peut être beaucoup, alors je suis reparti en m’inspirant de celle de Marmiton, et j’ai fait ceci:

Ingrédients :

  • 250gr de miel de montagne
  • 250gr de farine
  • 100gr de cassonade
  • 1 sachet de levure chimique
  • 1 sachet de sucre vanillé
  • 1 cuillères à café d’anis vert
  • 1 cuillères à café de cannelle en poudre
  • 1 cuillères à café de gingembre en poudre
  • ½ cuillères à café de clous de girofle en poudre
  • 1 pincée de muscade râpée
  • 2 œufs
  • 5cl de lait
  • 30gr d’écorces d’oranges confites

Faire chauffer le four à 160°.

Faire chauffer le miel et le verser par-dessus le mélange farine-levure-sucres-épices.

Bien mélanger. Ajouter les œufs, puis un peu de lait pour bien mélanger. Ajouter les écorces d’oranges et mettre au four pendant 1h à 1h15.

En principe on peut attendre quelques jours pour le manger, enveloppé dans du papier alu.

4 jours après, il est très collant et moelleux comme je l’aime. Une vrai régal.

Une nouvelle version du pain d’épice

Crème de caramel au beurre salé et chocolat noir ! Je suis sure que c’est un titre qui ne laisse pas indifférent…..

Caramel au beurre salé

Alors je suis partie de la recette des palets au salidou de Flo de ‘Un flo de bonnes choses’ (Flo et Clairechen avaient organisé le dernier blogcolis). Bref ,en regardant son blog, je tombe sur sa recette de palets au Salidou. Alors le Salidou cela me rappelle quelque chose, je cherche dans mes placards et là  ‘pouf’ , mes deux neurones se connectent,  mais bon sang, c’est bien sur de la crème de caramel au beurre salé sauf que celui que m’a donné ma copine LL cet été il s’appelle Carabreizh.

 

Caramel au beurre saléJe vous épargne les explications sur la région d’origine de ce produit. Encore que, en tant qu’ancienne Normande je pourrais m’insurger puisque on pourrait aussi dire que les caramels au beurre salé viennent d’Isigny (je vous recommande la viste de l’usine, et non je ne me spécialise pas dans les usine de bonbons). Mais je ne voudrais pas raviver la bataille entre Bretons et Normand (Oui! le cidre c’est Normand et le Mont St Michel est bien en Normandie).

caramel au beurre salé

Revenons à mes moutons (de pré salé de la baie du Mont St Michel qui est en …..). J’ai donc un pot de crème de caramel au beurre salé et ma morale Judéo-chrétienne ne me permet pas de le manger à la petite cuillère alors que ce doit être trop bon (justement!). Cette même morale me l’a fait mettre au fond du placard en attendant un prochaine déménagement qui l’obligeras à sortir de son trou, sauf que la lecture de cette recette m’y a fait penser (ne me demandez pas comment mes neurones ont fait connecter salidou et beurre de caramel, je n’en sais rien, ce doit être enfoui quelque part profondément).

Donc j’ai commencé par ces petites merveilles dans de tous petits moules (morale JC quand tu nous tiens!) et comme il restait un peu de chocolat j’ai fait des mendiants avec ce que j’avais à la maison comme fruits secs.

Caramel au beurre salé

Faire fondre 150gr de bon chocolat doucement au micro ondes (en plusieurs fois si nécessaire), remplir des moules mous (en silicone) à moitié avec le chocolat. Laisser refroidir éventuellement au frigo même si Flo dit que c’est barbare c’est bien pratique. Mettre une petite lichette de Salidou, un tout petit peu réchauffé au micro ondes pour le rendre plus liquide, dessus. Faire fondre le reste du chocolat et recouvrir le caramel.

C’est un truc génial cette recette, on passe son temps à se lécher les doigts, par contre il faut mettre juste un tout petit peu de crème sinon la deuxième couche de chocolat ne la recouvre pas totalement, et on se retrouve avec trois couches qui se désolidarisent très vite au démoulage, mais c’est pas grave je ne vais pas gâcher je vais vite les manger!!!

Caramel au beurre salé

 


Pour les Mendiants : utiliser le reste du chocolat en remplissant les alvéoles du moule presque entièrement. Ensuite j’ai mis ce que j’avais : des pignons, des raisins secs, des airelles séchés, des pistaches (non salées). Il faut penser à les enfoncer un peu. En principe j’aurais du mettre des oranges confites mais je n’en avais plus….

 On peut trouver le Salidou chez la maison d’Armorine!   Le carabreizh lui existe en version nature ou au chocolat (ahhhhhh!) d’après ce site.


En effet, le cekoidonc d’hier correspond aux gabarits que nous avons fait pour fabriquer une maison de pain d’épice.

Et comme le soupçonnait Charlotte (merci quand même pour ta confiance), c’est un échec Autant celle de l’année dernière était réussi au point de vue architecturale (Merci Ikea), même si la déco n’était pas top. Autant cette année il va falloir rouler l’architecte dans de l’huile puis du sucre glace (c’est plus sympa quand même que le goudron et les plumes). Et l’architecte c’est moi ! Ahhhh

 

C’est une horreur, Nous avons essayé d’en faire deux et nous n’avons même pas réussi. La première est bancale et la deuxième cassé. La déco n’en parlons même pas, le glaçage était trop liquide. Le prochain bloggeur qui fait un concours de réalisation raté aura ma maison! (Je n’oserai pas vous faire croire que toutes
mes réalisations sont jolies, mais franchement là c’est la plus raté)
.

Bon dans ce désastre il y a quand même une chose très réussi, c’est la pâte. J’ai piqué cette année la recette de Fred de Lugnet (que je salue au passage, puisque elle vient d’avoir un petit garçon. Kram Fred). Et franchement, sa recette est parfaite. Les pepparkakor sont très très bon.

Alors pour la recette :

Ingrédients des Pepparkakor de Fred :

  • 2 cuillères à soupe de cannelle
  • 1 cuillères à soupe de gingembre
  • 1 cuillères à soupe de clous de girofle en poudre
  • ½ cuillères à café de bicarbonate
  • 150gr de beurre
  • 125 gr de sucre en poudre + 75 gr de cassonade
  • 1,5 dl
    de sirap (remplacé par du golden syrup)
  • 1,5 dl
    de crème fraîche liquide
  • 1 œuf
  • 550gr de farine.

Mélangez la farine avec le bicarbonate et les épices, ajoutez l’œuf, le syrup, la crème puis le beurre fondu (mais pas chaud).
Mélanger la pâte et mettez là au frigo pendant au moins 24 h.

Faire chauffer le four à 180°. Farinez le plan de travail et le rouleau à pâtisserie. Etaler la pâte et faites des formes avec des emporte pièces.

Faire cuire pendant 8 à 10mn.

Et pour commencer on obtient ça :

Cela commençait bien même si les bords droits de la découpe n’était plus très droits!

Ensuite avec un peu de caramel bouillant (attention les doigts) on colle les morceaux. Et tadahhhhh on obtient ça :

 

 

Elle est totalement biscornue et en plus il y a des trous pour faire des courants d’air. Dans celle que nous avons cassé il y avait des trous pour les fenêtres et la porte, mais pas sur celle ci donc nous avons essayé de les faire avec le glaçage……

 

 

 

Et pour la dernière, quitte à vous faire rire et à être ridicule, je vais aller jusqu’au bout :


Par contre avec les emporte pièces c’est plutôt réussi : 

Bref bonne Sainte Lucie à vous tous.

L’an dernier j’ai préféré utiliser du Mincemeat tout prêt. Dans toutes les recettes que j’avais trouvées ils n’utilisaient que de la graisse de rognons. Je pense que pour une longue conservation ce doit être parfait mais j’ai voulu essayer avec du beurre. J’ai trouvé une première recette chez BBC Food, puis sur BBC Good Food et  Camille chez Cakes in the City en a préparé un récemment aussi.

 

 

Ingrédients :

  • 150gr de beurre
  • 200gr de vergeoise brune*
  • 250ml de jus d’orange
  • 2 cuillères à café de mixed spice*
  • ½ cuillères à café de cannelle
  • ½ cuillères à café de gingembre
  • Une pincée de noix de muscade râpée
  • 200ge de sultanas (raisins blonds)
  • 250gr de pommes
  • 200gr de raisons de Corinthe
  • 100gr d’airelles séchées (cranberries)
  • 200gr de fruits confits
  • 1 cuillères à café de zest d’orange
  • 150ml de brandy*

 

Faire fondre doucement le beurre, avec le jus d’orange, la vergeoise et les épices. Mélanger jusqu’à ce que le mélange soit homogène.

Rajouter les pommes de épluchées et coupés en petit morceaux (la prochaine fois je les râperais), Les raisins divers puis les airelles, les fruits confits et le zeste d’orange.

Amener le mélange à ébullition puis laisser cuire doucement pendant 10 à 15 mn jusqu’à ce que les pommes soient cuites.

Laisser refroidir, puis verser le brandy dans le mélange. Quand il est froid le mettre dans des pots stérilisés et secs.


Ce mélange doit pouvoir se garder jusqu’à un mois dans le
réfrigérateur. D’après la recette originale, pour le garder plus longtemps il
faut doubler la quantité d’alcool. J’ai reussi à remplir trois pots de confiture petite taille et il m’en restait encore.

Comme ça je vais pouvoir faire pleins de mince pies. ou le mincemeat cake de Pascale ou encore…. j’attends vos idées.

Vergeoise : dans la recette ils parlaient d’un sucre type Muscovado ( ???), j’ai mis de la vergeoise

Brandy : un alcool du type armagnac, cognac, calvados ou même Whiskey. J’ai utilisé du Calvados, on n’habite pas pendant 10 ans en Normandie impunément.

Mixed Spice : mélange d’épices dont j’ai parlé dans cet article, on peut le trouver tout fait ou le faire soi même.

 

 

Pâte et Gelée de Coings ou comment se faire payer en nature….

 

Ma première rencontre (il y a deux ans) avec un coing s’est soldée par un échec retentissant. J’étais pourtant bien parti : les recettes de Marmiton, les conseils lues sur le forum mais à l’arrivée une pâte de coings qui ne voulait pas sécher et qui a moisi. C’est énervant de mettre tant d’énergie dans quelque chose qui rate. Cela étant dit, je ne vais pas me laisser faire. Donc l’an dernier j’ai recommencé mais je me suis méfiée. J’ai essayé la recette de Anne pour faire la gelée et la pâte.

Comme elle explique très bien les recettes avec des photos à l’appui, je vous laisse admirer le déroulement des opérations chez elle. Ici vous n’aurez que mes explications quant au séchage.

Encore une fois c’est Anne qui m’a aidé, elle m’a recommandé le blog de la Popote de Véro qui fait sécher ses pâtes de fruits au four.

 

J’ai mis ma pâte dans des moules mous, dans des moules en Téflon et sur une plaque de four recouverte de papier sulfurisé. J’ai laissé au four pendant 3heures tout en ouvrant la porte de temps en temps pour enlever l’humidité.

Ensuite j’ai laissé refroidir. J’ai coupé la pâte de la plaque en morceaux, j’ai sorti des moules (avec plus ou moins de bonheur) les pâtes et j’ai roulé tout cela dans du sucre. Un régal. Je ne vous dis que ça, un régal.

 

Cette automne, j’ai dépanné des copains avec un ordi en rade et pour me remercier ils m’ont offert un sac de coings (d’où le titre très racoleur, cela devrait faire monter mes stats, mais je crains de ne pouvoir rattraper Shalima, même en trichant honteusement comme ça).

Donc j’ai voulu essayer encore autre chose et  pour 1 kg de fruits, après le passage à la moulinette, j’ai ajouté deux cuillères à café de poudre de cardamome et une fève tonka râpé.

Cela change un tout petit peu le goût et surtout permet de faire flotter cette merveilleuse odeur de fève tonka dans la maison. Par contre je n’ai rien rajouté à la gelée, qui une merveille également au naturel.

 

Et pourquoi je vous en parle en décembre, parce que cela fait parti des petites choses que l’on grignote avec une tasse de thé en cette saison je trouve.

Alors un grand classique que je fais depuis des années, j’ai recopié la recette dans mon cahier et je n’ai aucune idée d’où je l’ai tiré.
Par contre j’utilise la recette de la pâte brisée miracle déjà utilisé pour la tarte à la rhubarbe.


Ingrédients

Une pâte brisée, cuit à blanc

La crème :


  • 4 jaunes d’œufs
  • 4 cuillères à soupe de maïzena
  • 1,5 dl d’eau

  • 2 dl de sucre

  • Le zeste râpé de 2 citrons
  • 2 à 3 cuillères à soupe de jus de citron
  • 2 lichettes de beurre


La meringue :

  • 4 blancs d’œufs
  • 1 dl de sucre

  • 2 cuillères à café de jus de citron


Faire cuire la pâte à blanc dans un four à 275° pendant 10mn avec des billes de céramique par exemple.

Mélanger au bain-marie, la maïzena, l’eau, les jaunes d’œufs et le sucre pour épaissir. Rajouter les zestes de citron, le jus et le beurre. Mélanger et laisser refroidir.

Etaler le crème sur la pâte.

Monter les blancs en neige en ajoutant le sucre, puis le citron. Etaler les blancs sur la crème.

Mettre au four à 175° pendant 8 à 10mn.


J’adore le riz au lait et quand Hélène de Mon blog de fille
nous propose un riz au lait des Maharadja (dans la catégorie recette
anti-régime 😉 ), j’essaie aussi sec. C’est un régal. Je vous mets les
ingrédients mais comme c’est pompé chez Hélène vous faites comme vous voulez. J’ai
juste remplacé les gousses de cardamome par de la cardamome en poudre, un peu
moins de safran je n’ai pas mis d’amandes la deuxième fois (finalement en écrivant je m’aperçois que j’ai changé quelques trucs ….).

 

Ingrédients :

  • 100 gr de riz
  • 600 ml de lait
  • 4 cuillères à soupe de sucre (cassonade dans mon cas)
  • 4 gousses de cardamome verte ou ½ cuillère à café en poudre
  • 1 cuillère à soupe d’amandes éffilées
  • 1 cuillère à soupe de pistaches non-salés
  • 1 dose de safran (j’en ai mis une demi dose)

     

Mettre le lait à bouillir avec la cardamome, le safran et le
riz. Porter à ébullition puis baisser le feu pour cuire à petits bouillons
jusqu’à ce que le riz soit cuit.

 

Ajouter les amandes, et les pistaches, faire cuire quelques
minutes et rajouter le sucre à la fin.

Servir tiède ou froid.

 

 

Suite à la balade à Marseille, nous n’avions plus qu’a mettre les pieds sous la table. Nos grandes poulettes (Miss Bobette et sa copine Poulette N° 1 de Luolan) nous avaient préparé le diner. Et quand je dit préparé cela veut dire que la table était mise pour 10 personnes et que tout était prêt, nous avons eu droit à entrée, plat et dessert.

 

Donc voici les differents plats, d’abord les pains du soleil :


 

puis les galettes espagnoles (rösti?) et les croquettes coquettes (au thon et aux herbes)


et enfin c’était limite indécent, le trésor au chocolat : un moelleux au chocolat recouvert de chocolat chaud.

 

 


 

Donc nous nous sommes régalés et elles ont la permission de recommencer quand elles veulent. Elles étaient quand même drôlement bien organisé, elles avaient fait la liste des courses à distance et bossé toute l’aprés-midi. Les recette ont été tirés de divers Astrapi sauf pour le gateau au chocolat qui est l’habituel de la famille.

 

PS : Si Lili passe par là : Bon anniversaire et grosses bises

 

Alors une nouvelle version de la tarte au sucre. Tout d’abord j’avais envie d’essayer la pâte à tarte aux petits suisses de Anne de Papilles et Pupilles et ensuite j’ai rajouté des noix de pécan comme lance-assiettes me l’a conseillé lors de mon dernier post.

J’ai fait la pâte avec 4 petits suisses, et il y en avait un tout petit peu trop. Je n’avais plus de cassonnade alors j’ai remplacé par de la vergeoise blonde.

Résultat : une pâte qui a absorbé l’appareil d’un coté et qui a l’air feuilleté de l’autre. Décidément il faut vraiment que je fasse cuire mes pâtes à blanc!


tarte_erable

PS depuis je me suis équipé pour faire cuire les tartes à blanc, youpi!

Pour cette recette hyper simple j’ai juste suivi les conseils de Marie Laure trouvé sur Odélices. Je vous invite à aller y jeter un coup d’oeil si vous voulez faire cette confiture, non seulement coloré mais trés gouteuse.
Cela étant dit, je voulais en faire depuis un certain temps et j’attendais naivement que le prix des figues baisse. Eh bien, je peux vous dire que c’est raté. Elles sont chères et même trés chères, entre 4€50 et 6€ le kilo, quand c’est pas 7€ sur le marché à Aix le Samedi. Si quelqu’un a un tuyau pour que j’en trouve des moins chers… ou alors un figuier cela m’arrangerait. J’essayerais bien de faire un chutney maintenant. (Dans le cas de cette recette, je l’ai faite avec 500gr de fruits, et j’ai deux pots).