Je vous parlais récemment de Claire MM du blog mère-pas-top, en plus de me faire rire avec ses histoires, elle conseillait récemment un film Indien, je pense pouvoir dire Bollywoodien même. Il s’appelle Bride and Prejudice, un titre rappelant une série télé que j’adore avec Colin Firth. Mon vendeur préféré de films sur le Web, me le proposant à un prix raisonnable nous avons donc regardé récemment ce film. J’adore ! C’est une comédie musicale coloré (très coloré, j’ai cru que ma télé était mal réglé tellement les couleurs étaient vives), avec des rythmes Indiens chanté en Anglais et en Indien
( ????!!!??). La transposition de l’Angleterre du 18ème vers l’Inde moderne est réussi, la mère de l’héroïne est aussi sotte que Madame Bennet, l’héroïne est magnifique (Aishwarya Rai), le héros n’est pas Indien, il est riche et hautain et s’appelle Mr Darcy of course ! Le « méchant » est beau garçon et s’appelle Johnny Wickham.

C’était, drôle, sympa et juste cul-cul-la praline comme il faut.

Extraits :


Marriage into town – Bride & prejudice
envoyé par Planet_SRK88


Et encore :


Bride and Prejudice – Balle Balle
envoyé par Naritchie

En cherchant des extraits je m’aperçois qu’il s’appelle Coup de foudre à Bollywood en Français, et c’est donc bien un Bollywood et comme c’est premier Bollywood, un petit Kedgeree pour fêter ça.

Ingrédients pour 5 :

  • 400gr de haddock
  • 300 ml de lait
  • 1 verre de riz basmati (environ 270gr)
  • 1 oignon
  • 1 cuillères à café de curry
  • 1 feuille de laurier
  • Poivre
  • Huile d’olive
  • 3 Oeufs


Mettre le poisson dans une casserole et recouvrir avec le lait, ajouter la feuille de laurier et du poivre mais surtout pas de sel.

Faire chauffer et quand le lait bout, éteindre et laisser refroidir. Sortir le poisson, enlever la peau, émietter les filets et réserver.

Pour faire cuire le riz, j’utilise 1 volume et demi de liquide pour 1 volume de riz, donc mesurer la quantité de lait restant et ajouter de l’eau pour compléter si il en manque.

Faire revenir, l’oignon haché dans de l’huile. remuer Quand il est translucide ajouter la cuillère de curry, et remuer pour que le curry relâche bien son parfum. Ajouter le riz, remuer puis ajouter le mélange eau et lait. Couvrir et laisser cuire à feu moyen à peu prés 10mn, le temps que le liquide soit absorbé par le riz. Enlever du feu et poser la casserole sur une planche de bois pour finir la cuisson du riz pendant 10mn environ.

Faire cuire les œufs durs.


Mélanger le riz et le poisson, ajouter les œufs durs coupés en deux par-dessus et voilà un plat anglo-Indien. Personnellement je préfère manger ça pour le dîner mais il me semble que cela se mange au petit déjeuner.


Pour d’autres recettes

chez 750g : Kedgeree

chez Tuyau de poele : Kedgeree au hareng

chez Delia Smith : Mixed Smoked Fish Kedgeree with a Creme Fraiche and Parsley Sauce

Donc après avoir goûté à la bouillabaisse de Fonfon, Claude m’a montré comment elle faisait la sienne !

Nous nous sommes retrouvés aux aurores, (vers 9h), Samedi dernier pour faire cette merveille. Nous avons commencé par nous reposer avant d’attaquer cette lourde tâche. Claude a pris un thé et moi un café, toute en admirant Miss Fantomette que j’avais emmené faire un petit tour. (En fait ,dans deux semaines Miss Fantomette sera une pensionnaire à temps complet chez Claude, elle n’est pas complètement sevrée encore mais pour une matinée je me suis dit que cela ne devait pas poser de problème. Forcément tout le monde a craqué pour cette petite boule de poil.)



Revenons à notre recette, elle a été faite pour une dizaine de personnes, les quantités sont à ajuster. Quelque fois nous avons fait au pif, si on peut parler de pif, en fait c’est une question de feeling ! Quant au timing, nous avons fait la soupe le matin sans trop nous presser et en bavassant donc cela nous a pris presque 3h. Ensuite dans l’après midi Claude a fait de l’ailloli. Et le soir juste avant de se mettre à table on a fait cuire les poissons et fait la rouille.

1ère étape :

Les poissons avaient été commandés la semaine précédente chez le poissonnier du coin, il a suffit de lui dire que l’on voulait faire une bouillabaisse pour 10 et voilà ce que l’on obtient :


Des poissons de roche pour la soupe (environ 1,5kg), et du congre fermé (avec pleins d’arêtes) environ 800gr.

Alors parmi ces poissons il y a des rascasses (attention aux doigts) des vives (re-attention aux doigts), des petites dorades, soles et pleins d’autres poissons dont je ne connais pas les noms ! On rajoute pour la soupe des morceaux de congre dits fermés. On nettoie tout les poissons et je me répète : attention aux doigts, ils piquent !



Les plus gros sont vidés, puis on coupe tout en petits morceaux.


Pendant ce temps on fait chauffer environ 3 cuillères à soupe d’huile d’olive (bien sur). On hache deux oignons très finement (Claude a un appareil qui les hache tellement finement que l’on dirait de la purée, mais on n’est pas obligé). Faire revenir les oignons dans l’huile chaude. Baisser le feu pour qu’ils ne brûlent pas, et laisser cuire quelques minutes. Nous avons ajouté deux boites de tomates pelées (2x400gr). Faire revenir 5mn puis ajouter les poissons.


Ajouter du sel et du poivre et couvrir de beaucoup d’eau. (Alors forcément, beaucoup d’eau cela ne veut rien dire. En fait on a recouvert les poissons et puis on a rajouté de l’eau, cela étant dit ce n’est pas très grave si vous n’en mettez pas assez puisque on va encore ajouter de l’eau plus tard dans la recette).

Ajouter des feuilles de laurier (4), une petite poignée de fenouil séché, 2 pincées d’herbes de Provence, 6 gousses d’ail en chemise.
Laisser cuire pendant 35mn à 45m.


Pendant que la soupe cuit on lave les autres poissons pour les mettre de coté au frais jusqu’au soir :

Les Rascasses  (1,5kg) et les St Pierre. (1,5kg)

La Lotte (1 kg) et les ?????

Les rougets Grondins (Gelinette) (1,2 kg.), le congre ouvert les vives (environ 1 kg) et une autre bestiole dont on cherche le nom alors si vous le savez je  veux bien que vous me le disiez, le voici sous un autre angle :

et encore un autre :


Quand la soupe est prête on retire les herbes et avec un mixer plongeant on mixe grossièrement la soupe. Pourquoi grossièrement me dirais vous, parce que nous allons la passer dans un moulin à légumes et c’est pour nous faciliter le
travail.

Ce qui est étonnant c’est le changement de couleur de la soupe….



Quand la soupe est mixée on la fait passer à travers le moulin à légumes. Je ne vous cache pas que jusque ici la bouillabaisse c’était de la rigolade.
Maintenant
il faut bosser. Ahhhhh



Je vous passe les grandes lignes sur comment passer la soupe à travers un moulin à légumes mais par contre toujours avec l’idée qu’il va falloir rallonger la soupe avec de l’eau, quand le moulin commençait à être trop plein de matière et qu’il fallait le vider, nous versions d’abord l’équivalent d’un verre ou deux d’eau pour encore faire passer du goût dans la soupe, puis on jetait et on recommençait.

Quand c’est terminé, nous avons la soupe presque prête. Il faut la goûter pour éventuellement l’allonger encore si elle est trop concentrée, peut être saler et poivrer. Et surtout on ajoute le safran (5x1g). Encore une fois c’est à vous d’ajuster en goûtant. Mais 5g, pour nous, c’était très bien. Voilà c’est fini pour la soupe. Elle a reposé jusqu’au soir.

Et voilà ce qui reste comme « matière :


2ème étape :

Dans la journée, Claude a préparé l’ailloli et les croûtons.

L’ailloli : pour l’ailloli, comme je n’étais pas là, je vous répète ce que m’a dit Claude : « tu fais une mayonnaise (avec de
l’huile d’olive bien sur) et tu mets une gousse d’ail pressé dedans.

3ème et dernière étape : les poissons et les pommes de terre

Le soir environ 30mn avant de se mettre à table. On commence par mettre les pommes de terre dans la soupe (environ deux grosses pommes de terre par personne). Elles ont été épluchées, et coupés en tranches de 1 cm à 1,5cm.


Ensuite après environ 15 mn il faut faire cuire les poissons. Alors quand je dis 15mn, c’est bien là que réside la difficulté. Il va falloir faire cuire les poissons, ceux qui cuisent le plus longtemps en premier et on rajoute les autres au fur et à
mesure. Pas très scientifique comme explication, je sais Mais il faut vérifier la cuisson régulièrement.

Quand les poissons sont cuits, on les retire de la soupe et on les met dans un four tiède pour qu’ils se gardent au chaud.


Pour la rouille :
on reprend les bols d’ailloli préparés précédemment, on ajoute dedans un morceau de pomme de terre cuit que l’on met en purée, on mélange et on rajoute, doucement tout en remuant, une quelques cuillères à soupe de soupe justement (elle avait été mise de coté un peu plus tôt pour qu’elle ne soit pas chaude).
Enfin on met des filaments de safran.



Pour ceux qui remarqueront que la rouille n’est pas rouge, en effet c’est le cas et ce n’est pas une obligation. Certains ajoutent de la harissa dans la rouille et cela peut donner une couleur rouge!

En entrée, on sert la soupe dans des assiettes creuse ou les convives ont mis des croûtons de pain tartinés de rouille. On peut bien sur en mettre plus que moi sur cette photo….


Puis on a le choix, on peut manger le poisson avec les pommes de terre dans une assiette normale ou alors dans une assiette creuse noyé dans de la soupe. Chacun fait comme il veut. Donc Claude nous a servi une portion de chaque poisson, des pommes de terre et on s’est régalées.

Et d’ailleurs c’est pour ça qu’il n’y a pas de photos après les croûtons, j’étais en train de me régaler et j’ai complètement oubliée…..

Merci, merci et encore merci Claude.

 

Prenez des champignons de paris, ensuite des lardons fumés,
un oignon coupé en petits morceaux. Faites revenir le tout dans un petit peu
d’huile d’olive
. Couper 3 tomates en tout petits morceaux (en essayant de ne
pas y laisser un doigt) et les rajouter. Saler et poivrer. Touiller régulièrement, laisser cuire une dizaine de minutes, rajouter un tout petit peu d’eau si nécessaire. Servir avec
des tagliatelles aux épinards.

 

 

 

PS : Ptit Bob a insisté pour que je vous dise bien que c’est son inspiration et sa cuisine. Donc c’est dit!

 

Après mon premier test, j’ai voulu rajouter des épinards.
Alors même idée mais avec une couche d’épinards au fond.

Ingrédients :

  • 300gr de haddock
  • 400gr d’épinards surgelés
  • 1 cuillère à soupe de crème fraiche
  • 600 gr de pommes de terre
  • du lait en quantité suffisante
  • une lichette de beurre
  • poivre

 

Faire cuire les pommes de terre. Pendant ce temps mettre le
poisson dans une casserole et recouvrir (ou presque) de lait. Faire bouillir le
lait puis laisser le poisson reposer hors du feu. Quant il a refroidi, enlever
la peau et les arrêtes et l’émietter.

Faire chauffer doucement les épinards avec un peu de lait.
Saler (mais peu) et poivrer.

Eplucher les pommes de terre, les écraser, ajouter le
beurre, mélanger en ajoutant le lait (ou du moins une partie) qui a servi à
faire cuire le poisson. Ne pas saler mais poivrer.

Huiler ou beurrer un plat à gratin, mettre les épinards au
fond, recouvrir avec le poisson puis avec la purée.  Mettre dans un
four chaud (190°) pendant 30mn.


 

Les enfants aurait préféré plus de pommes de terre que d’épinards mais il n’en est pas resté une miette donc je crois qu’on peut en conclure que c’était un succés.

Vous connaissez le haddock (ou églefin fumé)? Moi j’adore. C’est un délice. J’ai vu plusieurs recettes sur les blogs concernant ce poisson. J’avais gardé une recette de Adelice mais finalement j’ai préféré faire un parmentier. C’est plus simple à préparer à l’avance puis à mettre à chauffer au dernier moment. En plus le four réchauffe la maison ce qui n’est pas un luxe : la température a chuté à 10° et les nappes phréatiques se remplissent depuis le début de la semaine. Il a fallu ressortir les pulls, et je peux enfin me servir de mes imperméables. Donc un plat bien chaud est bien agréable.

Ingrédients pour 5 :

  • 300gr de haddock
  • 1 kg de pommes de terre
  • du lait
  • une lichette de beurre
  • poivre

Faire cuire les pommes de terre. Pendant ce temps mettre le poisson dans une casserole et le recouvrir (ou presque) de lait. Faire bouillir le lait puis laisser le poisson reposer hors du feu. Quant il a refroidi, enlever la peau et les arrêtes et l’émietter dans un plat à gratin beurré.

Eplucher les pommes de terre, les écraser, ajouter le beurre, mélanger en ajoutant le lait (ou du moins une partie) qui a servi à faire cuire le poisson. Ne pas saler mais poivrer. Recouvrir le poisson de cette purée. Mettre dans un four chaud (190°) pendant 30mn.


Avec une petite salade verte. J’ai adoré.

Encore rien de très original, mais agréable avec le froid qui nous est retombé dessus. Je le prépare souvent la veille parce que comme beaucoup de ces plats c’est encore meilleur réchauffé. Pour la cuisson des haricots blancs, j’ai lu sur un blog (sans noter lequel : pan sur les doigts) qu’il ne fallait pas saler les haricots lors de la première cuisson pour pas qu’ils durcissent. Pour les quantités vous ajusterez par rapport au nombre de personnes

Ingrédients pour 6

  • Haricots blancs secs de type lingots (60gr par personne)
  • Saucisse de Toulouse
  • Une petite boite de concentrée de tomates
  • Sel + poivre + thym

Laisser tremper les haricots pendant 12h. Puis les égoutter et les mettre dans une casserole largement recouverts d’eau et laisser cuire doucement pendant 1 heure avec un peu de thym.

Egoutter de nouveau.

Dans une sauteuse faire revenir la saucisse pendant 10mn, ajouter les haricots, le concentré de tomates et 1/3 de litre d’eau. Saler, poivrer, éventuellement encore un peu de thym. Laisser cuire jusqu’à ce que les haricots soit cuits (j’ai oublié de regarder combien de temps).

Bon j’ai un peu de mal avec le titre surtout que franchement
je ne suis pas sure que c’est comme ça que l’on fait un hachis Parmentier, mais c’était
très bon. Par contre ma Bobette a trouvé le titre très bien parce que « c’est
la mort-euhhhhh de manger ton hachis-euhhhh », elle presque 13 ans, ceci
expliquant cela. Mais ce n’est pas grave. Je l’ai trouvé super bon alors je
vais vous faire l’explication des étapes que j’ai suivies :

 

 

J’avais commencé par faire un gigot de sept heures. Comme j’ai
fait ça un soir où j’étais un peu bousculé, il n’y a pas de photos. J’ai suivi
les indications de Bacalao sur Méli Mélo Gastronomique à quelques choses prés.
Quand je le referais je vous donnerais toutes les explications. Sachez, si vous
n’en avez jamais fait, que c’est très simple à faire. Et d’après La Grive, vous
pouvez le faire en deux fois, comme il cuit déjà sept heures il n’est plus à ¼
d’heure prés. Pour accompagner le gigot j’ai fait des haricots verts (je vous
passe les détails, faut pas exagérer quand même
) et surtout (je regrette de pas
avoir fait des photos)
les carottes de Fred. Un délice surprenant même si vous
n’aimez pas les carottes cuites ; essayez, c’est une merveille. Mais je
vais les refaire incessamment sous peu donc je vous en recauserai.

Ingrédients pour beaucoup :

 

  • 1 oignon haché
  • 250 gr de lardons
  • 200 gr de coulis de tomate
  • 1 courgette
  • 2 gros champignons de paris
  • La viande du gigôt

  • 2kg de pommes de terre
  • du lait
  • du beurre
  • sel et poivre

 

Hachez l’oignon, faites le revenir dans une poêle. Ajouter
les lardons après quelques minutes. Puis la courgette coupée en morceau, puis
les champignons. Rajouter les légumes qui ont cuit avec le gigot (carottes et
échalotes) et enfin la viande de gigot coupés en très petits morceaux.
Assaisonner avec du sel et du poivre, du thym. Ajouter le coulis de tomates et
laisser revenir pendant 20mn.

 

Faire une purée de pommes de terre : cuire les patates
à l’eau, éplucher et passer au presse purée en rajoutant du lait chaud et du
beurre. Pour les quantités c’est à vous de voir selon l’épaisseur souhaité de la purée. Mélanger et assaisonner avec du sel et du poivre.

 

 

 

Beurrer un plat à gratin. Mettre le mélange de viande au
fond du plat. Recouvrir de purée et mettre au four pour 20 mn.

 

Miam.


Et moi qui croyais naïvement que j’allais bloguer à fond pendant les vacances. J’avais prévue de faire tout un tas de trucs. Les enfants commencent à être assez grands pour s’occuper sans moi de temps en temps, surtout qu’il a fait plutôt beau et que donc rien ne les empêchait d’aller jouer dehors. Nous avions prévue d’aller au cinéma (cela étant dit à part La nuit au musée que l’un d’entres eux avait déjà vu il n’y avait pas grand-chose qui puisse plaire à trois louslous de 14, 13 et 10 ans.) Donc j’avais des idées assez sympas et vous savez ce qui m’a perturbé tous ces jolis plans : mon Bob. Il a pris des vacances et alors là je peux vous assurer que les miennes de vacances sont passés à la trappe. Nous avons retourné toute la terre dans le jardin (du moins c’est comme ça que mon dos le ressent), planté du gazon, installé des balançoires dans les arbres. Planté des plantes un peu partout. Pff j’suis crevé. Heureusement demain il  reprend le boulot. J’ai un retard sur la lecture de mes blogs préférés, c’est fou.

 

Juste avant que mon Bob soit pris par son coup de folie, j’ai eu le temps d’essayer cette recette vue sur l’émission de Cyril Lignac un dimanche matin à la télé. Vous regardez M6 vous ? Certains membres de ma famille (au nombre de 2) regardent Turbo après Téléfoot, ensuite pour se mettre en appétit ils zappent sur les émissions de cuisine et du coup on est tombé sur l’émission de Cyril Lignac.

Je vous passe les détails sur l’émission, mais les recettes avaient l’air faciles et sympas. Ce jour là ils ont préparés des galettes de poulet aux épices et un sauté de champignons.

 

Ingrédients pour les galettes de poulet pour 5

 

  • 4 filets de poulet
  • ½ citrons confit
  • 8 olives dénoyautées
  • 1 oignon
  • 1 œuf
  • 1 cuillère à café de cumin
  • 2 cuillères à soupe de chapelure
  • 1 cuillère à soupe de miel liquide

Couper le poulet en morceaux et le passer dans un mixer ou hachoir. Rajouter l’œuf et mixer encore un peu pour tout mélanger.

 

Dans un bol mettre le citron confit coupé en tout petits morceaux, pareil pour l’oignon et les olives. Ajouter le poulet haché. Mélanger. Ajouter la chapelure, le cumin et le miel. Tout mélanger. Dans la recette originale CL utilisait des cercles de métal pour former des galettes. J’ai préférée faire des petites portions  et en plus je n’ai pas de cercles … J’ai donc fait des petits tas sur du papier sulfurisés posé sur une plaque allant au four. Ensuite j’ai aplatis ces tas qu’ils soient un peu plus plats.


Mettre au four 5mn à 210°.

 

Sortir du four, et faire chauffer un peu d’huile d’olives dans une poêle. Faire cuire les galettes environ 10mn selon leur épaisseur.

 

 

Sauté de champignons.

 

Ingrédients :

 

  • 1kg de champignons de paris petits à moyens
  • 4 tomates de taille moyenne
  • 2 cuillères à soupe de tapenade noire.

 

Nettoyer les champignons et selon leur taille les couper en deux ou en quatre. Nettoyer les tomates et les couper en morceaux.

 

Faire chauffer de l’huile dans une poêle ou dans un Wok et faire revenir les champignons 5mn. Les réserver.

 

Faire revenir dans la poêle les tomates pendant 2mn et ajouter la tapenade. Laisser à feu vif une minute, ajouter les champignons. Bien mélanger et servir.

 


Non, le poulet n’est pas brûlé, juste bien grillé. Résultat des courses, le poulet est très bon, toutes ces saveurs vont trés bien ensemble mais la texture du poulet est un peu curieuse, presque caoutchouteuse. Les champignons, rien à dire, c’est un top. La tapenade « fond » et fait avec les tomates une très bonne sauce.

Une soupe de poisson qui a fait l’unanimité à la maison ce qui est assez rare pour le souligner. Toujours tiré de mon livre, Anna Bergenstöm Under Valnötsträdet.

D’ailleurs une fois que je l’ai souligné les remarques sont arrivés : « ce serait mieux quand même si elle était mixé », « Ah mais j’avais pas vu que tu avais mis des crevettes ». Bref d’un seul coup ce n’était plus ça. Grrr De toute façon Bob et moi avons aimé donc je pense que nous la referons.

Fleur du jardin

Ingrédients pour 5:

  • 300 gr de poissons mélangé*
  • 200 gr de crevettes épluchés
  • 1 oignon
  • 1 gousse d’ail
  • 5 pommes de terre
  • 5 tomates
  • huile d’olive
  • une pincée de safran
  • du thym
  • du romarin
  • du piment
  • sel et poivre
  • 750 ml d’eau
  • 1 dl de vin blanc
  • 2 cubes de bouillon de poisson ou 2 cuillères à café de fumet de poisson
  • 1 dl de crème fraîche
  • du persil

Préparer les légumes en les épluchant et en les coupant en morceaux. Faire revenir l’oignon et l’ail dans de l’huile d’olive dans une grande casserole. Ajouter le safran à votre goût, pour nous une pincée de filaments a suffit. Ajouter du thym et du romarin. Mélanger. Ajouter les tomates et les pommes de terre. Mettre les liquides (eau + vin) et les bouillons cube. Laisser cuire 10 à 15 mn. La recette peut être préparé jusqu’ici.

Faire chauffer le mélange avec la crème, ajouter le sel et le poivre. Ajouter les poissons coupés en morceaux et laisser frémir 3 à 4mn. Ajouter les crevettes, et goûter pour rectifier l’assaisonnement. (Les crevettes ne doivent pas cuire). Servir avec du persil.

Personnellement la seule chose que je changerais, ce sera d’éplucher les tomates

* Pour le mélange de poisson j’ai utilisé un mélange surgelé  de chez Mr P qui contenait du saumon, du cabillaud et du lieu.

Soupe de poissons

 

Me voici de retour aprés une petite visite éclair à Stockholm. Deux jours dans la neige mais sans soleil.  La neige sur les arbres et sur la route (nettement moins drôle), les chevreuils dans le jardin à la recherche de nourriture. Un tout petit peu de shopping : les indispensables sabots (les miens étaient usés à la corde) et quelques Suédoiseries : des bonbons, du chocolat et des épices pour Garance.  Un livre de cuisine de Anna Bergenström : Under valnötsträdet (Sous le noyer) et une super recette de Hjortronparfait (en gros un dessert glacé aux framboises arctiques) que je vais essayer de faire un de ces jours.

Si vous voulez voir des photos sympas de Stockholm, Annette y est en ce moment et post ses photos.

 

 

 


Aujourd’hui est le premier jour de l’année du cochon donc tout d’abord je vous souhaite une bonne année et j’en profite pour vous infliger un riz sauté. Encore une fois ce n’est pas à proprement dit une recette mais plutôt des indications. C’est un plats de restes comme les nouilles sautés.

 

Ingrédients :

  • du riz basmati ou thai cuit
  • des restes de viandes (nous avions du lapin et du rôti de porc cuit avec des tomates séchés)
  • des poireaux (je n’avais plus d’oignons)
  • du gingembre frais
  • une gousse d’ail
  • quatre petites courgettes
  • des restes de petits pois
  • de la sauce soja
  • du sel, poivre, poivre de sichuan et une micro-pincette de piment en poudre

 

Nettoyer les poireaux et les couper en tranches fines. Eplucher l’ail et le gingembre et couper en tout petits morceaux. Faire revenir dans de l’huile d’olive trés chaude  les poireaux avec l’ail et le gingembre puis baisser le feu et laisser fondre 10 mn. Mettre de coté dans un plat.

Nettoyer les courgettes, les couper en petits morceaux et faire revenir dans de l’huile chaude pendant 5mn. Réserver.

Couper la viande en morceaux, puis la faire revenir dans de l’huile quelques minutes. Ajouter dans la sauteuse le mélange de poireaux, les courgettes, le riz et les petit pois. Saler (pas trop), poivrer, ajouter le poivre de sichuan et le piment. Bien mélanger et laisser chauffer. Juste avant de servir rajouter une bonne rasade de sauce soja.

Servir avec du soja à volonté et des chutneys tomates ou tomate-courgettes.

 

 

PS 1 : Merci a tous pour vos petits mots et commentaires.

PS 2 : Mon voyage s’est fait avc une étape à Paris, puisque les vols entre Marseille et Stockholm ne commenceront pas avant début mars. Cela m’a permis de faire le plein de Chinoiseries chez ma copine Luolan, mais cela fera l’objet d’un autre post!

Je n’avais jamais fais de risotto, je n’avais même jamais goûté de risotto. Mais les recettes que j’avais lues me semblait répondre à mon critère principal de simplicité et accessoirement de rapidité.

Donc un jour j’ai acheté du riz Arborio et il ne me restait plus qu’à trouver une recette, autre que celle indiqué au dos du paquet. Et puis j’ai oublié jusqu’à la semaine dernière ou je suis tombé sur ce livre chez mon marchand de journaux préféré :

 

Ce petit ouvrage contenait une recette de Risotto aux fruits de mer. Après avoir fait le tour de la famille et conclue que ce serait pizza pour trois et risotto pour deux j’ai un peu modifié les quantités. Je vous indique ici les quantités pour six, faites la division si vous le souhaitez :

Ingrédients : 

  • 1 kg de fruits de mer mélangés (merci Mr Picard.)

  • 400 gr de riz Arborio

  • 200 gr d’oignons émincés (je n’ai pas utilisée du surgelé)

  • 15 cl de vin blanc

  • 3 tablettes de bouillon de volaille

  • 100 gr de parmesan râpé

  • 1 gousse d’ail

  • 1 bouquet de persil plat (j’ai encore utilisée du surgelé)

  • 80 gr de beurre

  • sel et poivre

Faire fondre 30gr de beurre dans une cocotte et mettre les oignons à revenir doucement pendant 5mn. Ajoutez le riz et remuez jusqu’à ce qu’il soir translucide. Pendant ce temps faire chauffer 1,5 litres d’eau pour dissoudre les bouillon cubes émiettées.

Mettre le vin dans la cocotte et monter la température pour faire évaporer le vin. Salez et poivrez, ajouter un peu de bouillon et mélanger. Quand le bouillon a été absorbé par le riz, en rajouter et recommencer jusqu’à ce qu’il n’y en ait plus.

Dans les mêmes temps faire revenir les fruits de mer dans une poêle avec du beurre. Remuer jusqu’à ce qu’il n’y ait plus d’eau. Ajouter l’ail pelé et pressé et le persil. Faire cuire environ 5 mn.

Quand le risotto a absorbé le bouillon, le retirer du feu, rajouter 20 gr de beurre et le parmesan, mélanger. Rajouter les fruits de mer, mélanger. Couvrir et laisser reposer 5mn avant de servir.

Risotto aux fruits de mer

J’ai adoré cette recette, le riz est crémeux à souhait. Comme j’aime particulièrement l’odeur des fruits de mer associés à de l’ail et celle des oignons-beurre-vin blanc j’ai vraiment aimé faire cette recette.

Petit aparté : Le groupe Marie Claire et plus particulièrement Le magazine Cuisine et Vins de France édite plusieurs de ces petits livres fort bien fait avec des recettes simples et que je trouve bonnes.

C’est une recette qui vient du sud-ouest, le pays basque pour être plus précise. J’ai eu l’occasion d’y goûter il y a quelques années, et c’était fort bon. Mais comme cela ne prononce pas du tout comme cela s’écrit, j’ai eu du mal à retrouver la recette. De passage chez Véro, il y quelques jours, dans ses livres de cuisine il y avait « La cuisine Basque ». Du coup j’ai retrouvé le nom de la recette. J’ai cherché sur Marmiton. Et avec tous ces tuyaux voilà un savant mélange qui demande un peu de préparation mais qui permet d’avoir un plat complet : viande et légumes et qui a l’avantage de se préparer à l’avance et d’être encore meilleur réchauffé. Bref j’adore ce genre de plat.

Pour 4 personnes

  • 700 gr de veau (du genre blanquette)

  • 1 poivron vert

  • 1 poivron rouge

  • 1 oignon

  • 1 gousse d’ail

  • ½ l d’eau

  • 1 bouillon cube

  • huile d’olives

  • sel et poivre

  • 1 cuillère à café de piment d’espelette

  • Pommes de terre environ une dizaine (dépend de l’appétit des convives)

Éplucher l’oignon et l’ail, les faire revenir dans une sauteuse avec l’huile d’olive. Baisser le feu. Ouvrir les poivrons, enlever les filaments blancs et les graines, couper en petits morceaux et rajouter au mélange oignons-ail. Laisser revenir le temps de couper la viande en tout petit morceaux (dans certains recettes elle est même hachée). Ajouter la viande aux légumes. Faire revenir une dizaine de minutes. Ajouter l’eau avec le bouillon cube, le sel, le poivre et le piment. Peler les pommes de terre et les couper en cubes. Rajouter dans la sauteuse. Faire cuire environ ¾ d’heure. Surveiller le niveau d’eau dans la sauteuse de temps en temps et rajouter si nécessaire.

Pour imprimer : Axoa_au_piment

Que faire quand il reste du poulet rôti (ou n’importe quelle autre viande : bœuf ou porc). Chez nous c’est souvent du porc ou du poulet rôti. Remarquez je fais exprès d’en faire beaucoup, pour pouvoir faire mon frichti aprés.

Nous on appelle ça frichti, hier soir au resto ils ont appelés ça Mia Xi au poulet (je crois que c’était ça). Bref ce sont des nouilles sautés avec tout ce vous voulez.

J’utilise des nouilles achetées chez mon épicier Chinois préféré :

Je vous donne la recette brute de décoffrage, sans préciser de quantités, je le fais toujours au pif selon ce que j’ai.

Je fais revenir des oignons coupés en petits morceaux, de l’ail et du gingembre râpé (ou coupé en morceaux également) dans de l’huile d’olive. Juste pour que cela prenne un peu de couleur. Je les mets de coté. Ensuite je fais revenir selon ce que j’ai en stock des courgettes coupées en dés, des poivrons rouges, des champignons (de paris ou plus exotiques). Je mets de coté aussi.

Faire cuire dans de l’eau bouillante et salé les « nids » de pâtes (je compte un nid par personne les jours de grands appétit). Pour la cuisson suivre les indications du paquet. Surtout ne pas trop les faire cuire et les passer à l’eau froide tout de suite pour pas qu’elles collent. Mettre de coté.

En partant du principe que la viande est coupée en petits morceaux. Sortir les épices : poivre et sel, cinq-epices, soja et poivre du sichuan.

Tout mettre dans une sauteuse ou Wok mélanger et servir chaud.

Voilà à quoi cela ressemble : du gloubiboulga mais je vous assure c’est très bon.