(photo ADELAP)

Non je n’exagère pas c’est bien le plus grand marché du monde, d’ailleurs quand on arpente ses 232ha en voiture et à pied c’est immense. Mais pour commencer par lé début, il était une fois une bande de bloggeurs qui se sont levés très très tôt à l’invitation de Monsieur Christophe Couteleau de la société Rouge Gorge pour visiter le Marché d’Intérêt National de Rungis. Nous nous y sommes retrouvés à 5h du matin sous une bruine qui ne nous a pas lâché de la journée! Euh, pardon de la matinée, je me trompe mais en fait quand la matinée dure de 5h du matin à 11h on a presque l’impression d’y avoir passé la journée.


Donc, par cette froide matinée de soi-disant printemps (puisque c’était début juin!!!), j’ai retrouvé Anne, Pascale, Dorian, Angélique, Alexandra, Marie-Laure et Silvia pour cette aventure qui était la découverte du marché. D’ailleurs je trouve que nous sommes tous très mignons sur cette photo (merci Alexandra).Nous étions invité par Christophe Couteleau qui est le responsable de l’entreprise familiale Rouge-Gorge. La visite s’est également fait en compagnie de Gilles Lacharme, chef de projet de la direction marketing &
communication de Rungis. Merci Messieurs pour votre gentillesse et toutes vos explications.

Nous avons commencé la visite par la halle aux poissons puisque c’est elle qui ferme le plus tôt, d’ailleurs ils étaient déjà en train de remballer, pour eux la journée à Rungis se termine aux alentours de 5h du mat!!!

Gilles Lacharme et Christophe Couteleau entouré par des bloggeurs très attentifs….

Le coté un peu glauque avec cette lumière artificielle…

Tous les glaçons utilisé par la halle des poisons sont fabriqués dans cette tour juste à l’extérieur (qui fait aussi assez glauque dans cette lumière matinale).

La visite a continué par les quais de déchargement de la gare,

Cette gare relativement récente permet de réceptionner les convois de marchandises directement au cœur de Rungis…

Ensuite ce fut la visite de la Triperie, suite aux pb de la Vache folle, la Triperie a failli fermer puis c’est reparti de plus belle, quoique la beauté c’est relatif dans ce lieu mais je suis sure qu’il y a des gens à qui cela doit plaire….

Les murs sont couverts de souvenirs de l’époque des halles au cœur de Paris et d’affiches diverses et variés :

On traverse des immenses couloirs, on passe de halle en halle, parfois on prend la voiture pour se déplacer et on arrive aux volailles, personnellement, ces petits cailles ne m’ont pas plus plu que ça mais plusieurs de mes collègues ont eu une petite étincelle dans les yeux. Je pense qu’ils avaient déjà des idées très précises sur comment les préparer…

Ensuite nous sommes arrivés à ce qui pour moi symbolise Rungis la halle des viandes avec ces énormes carcasses et ces messieurs avec leurs blouses blanches.

Puis, nous sommes passés par les fromages et les oeufs….

Et alors là je peux vous dire que même si il n’était pas encore une heure décente (avant 7h) je les aurais dévoré leurs fromages! Ahhhhh

D’ailleurs la faim commençait à se faire sentir mais on avait pas encore tout vu, c’était le moment des halles aux fruits et légumes, en commençant par le carreau de producteurs (qui sont presque tous de la région parisienne).

Et alors là des fruits, des légumes et des herbes toutes plus fraiches les unes que les autres. Et même des fleurs (dédicace spéciale pour Birgit!).

Et même des fraises de bois…

Ensuite les choses sérieuses, les grandes halles de fruits et légumes, il y en a 3 identiques, c’est immense.


Vue d’en haut de la galerie.

Et vue du sol!

En plus des myrtilles, il y a aussi des framboises arctiques, c’est dingue…

Et ensuite les melons!!!!

Et là dégustation (sauf pour certains qui n’aiment pas le melon!!! Rhaa lala). Un régal et avec toutes les explications pour choisir le melon. Je ne suis pas sure d’avoir tout retenu mais les derniers melons que j’ai choisi sur un étal  étaient très bons, donc il m’en est resté un peu.

Ensuite ce fut le petit déjeuner autour d’une table bien rempli de victuailles et les question ont fusé. C’est là qu’on a appris qu’en fait Rouge Gorge était une entreprise familiale de la région de Taizé mais leur production se fait maintenant également dans le Sud de la France, l’Espagne et le Maroc de manière à pouvoir fournir des melons pendant toute la saison. Le type de melon produit et commercialisé sous le nom de Rouge-Gorge est le melon jaune Charentais. Ce n’est pas une dénomination d’origine mais bien un type de melon!

Encore merci à Christophe Couteleau pour ses explications sur le melon  et merci à Gilles Lacharme, pour ses explications sur Rungis. Ce fut une matinée très intéressante et instructive.

Alexandra a fait une vidéo, elle est visible ici : http://vimeo.com/12505908

Edit : Anne de Papilles a depuis la visite de Rungis visité les champs de Rouge Gorge, je vous mets les liens vers Comment choisir un bon melon et  Melon : la cueillette

3 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.