Vous trouverez ici des adresses, ici ou là. Des endroits ou j’ai trouvé des choses que j’aime : gourmandes ou jolies
PopTatoes

Vous cherchez un endroit pour manger rapidement et bon! Pop’Tatoes est un concept de fastfood dédié à la Pomme de terre.

Une jolie découverte que ce fastfood, un endroit agréable, bien situé dans le 5eme et surtout j’ai apprécié mon repas! L’idée est toute simple. Prendre une pomme de terre, la faire cuire au four et proposer plusieurs accompagnements.

Le choix des accompagnements est le suivant

  • Tradi : Double crème fraîche et ciboulette
  • Savoyarde : Crème  fraîche, ciboulette et tartiflette
  • Végétarienne : Crème  fraîche, ciboulette et ratatouille
  • Sucré-Salé : Crème  fraîche, ciboulette, boeuf et confit d’oignons balamique
  • Provençale : Crème de chèvre, tomates, olives et ratatouille
  • Nordique : Crème fraîche ciboulette, dos de saumon aux herbes
  • Indienne : Crème  fraîche, ciboulette, poulet et fondue de poireaux au curry
  • Asiatique Crème  fraîche, ciboulette et poulet aigre-doux
  • Mexicaine Crème  fraîche, ciboulette et bœuf façon thaï
PopTatoes

La PopTatoes mexicaine

Il vous reste à choisir la taille de la pomme de terre selon votre appétit, et de déguster votre menu à 7€40 qui comprend une salade verte et une boisson.

Pour ma part j’ai pris la version sucré salé et j’ai trouvé cela très bon. Déjà je suis fan de pommes de terre au four et là avec cet accompagnement cela fait un plat complet parfait pour un déjeuner.  Le cadre est également fort agréable. On voit en cuisine ces magnifiques fours :

PopTatoes

 

Et pleins de détails sympa que cela soit à l’extérieur ou à l’intérieur de ce fast-food Patates!

Pop tatoes

 

J’ai déjeuné au restaurant dans le 5eme près de la fac de Jussieu,  mais Pop’Tatoes a également un emplacement près des Halles. Plus petit et plutôt pour la vente à emporter mais également bien situé.

Pour en savoir plus sur le concept de ce fastfood je vous recommande leur site Pop’Tatoes

Pop’Tatoes Montorgueil : 18 rue de Montorgueil 75001 Paris

Pop’Tatoes Jussieu : 1 place Jussieu 75005 Paris

 

 

chocolat intersideral

Une recette de gâteau au chocolat qui est totalement incroyable. Forcément ce gâteau a une histoire!

 

Tous d’abord j’ai été invitée à faire une croisière sur un beau bateau par Croisière de France. Une belle croisière entre Marseille et Calais pendant une semaine, avec des escales à Gibraltar, Lisbonne, Porto. Une croisière gastronomique avec le Chef François Leveque du restaurant du Marché dans le 15ème.  Et je n’ai pas pu accepter cette belle croisière. Par contre lors de la soirée de présentation en présence de Francis Leveque à son restaurant, j’ai pu goûter certains de ses plats. Un lieu noir très délicat et cuit à la perfection, un onglet de veau très doux et encore une fois cuit parfaitement. Tiens on dirait qu’il a un truc avec la cuisson ce Monsieur. Et en effet  pour terminer un gâteau au chocolat à tomber raide dingue. Comme tous les autres plats, une cuisson remarquable et remarqué.

Donc pas de croisière pour moi mais par contre j’ai les recettes de Monsieur Leveque! Paprikas les a testé en premier et je me suis lancée ce week end. Phénoménal. Pas un gramme de farine, léger, mais léger. Un régal. D’ailleurs j’ai fait comme elle et diminué les doses par 2 pour tester. Je crois que les enfants aurait apprécié la double ration mais ce sera pour le prochain test.

Ingrédients :

  • 100gr de chocolat à cuire
  • 100gr de beurre
  • 63gr de sucre semoule
  • 3 jaunes d’oeufs
  • 3 blancs d’oeufs
  • 20 gr de sucre

Décoration:

  • 100gr de chocolat à cuire

Faire chauffer le four à 180°

Faire fondre le chocolat et le beurre ensemble. Dans un autre récipient mélanger le sucre et les jaunes d’oeufs pour les blanchir. Et dans un troisième récipient, monter les blancs en neige avec les 20gr de sucre.

Mélanger d’abord le chocolat/beurre avec le mélange sucre/jaune d’oeufs, puis incorporer délicatement les blancs d’oeufs montés en neige.

Verser ce mélange dans des moules individuels ou bien dans un moule rond. Mettre au four pour 30mn.

Pendant ce temps faites fondre les 100gr de chocolat au micro-ondes.

Quant le gâteau est prêt, sortez le du four, laisser refroidir environ 10mn puis démoulez et versez le chocolat fondu par dessus. Coupez en portions de la taille que vous souhaitez et régalez vous.

Chocolat intersideral

 

Par contre Paprikas, Nawal et Marie ont participé à cette croisière. C’était un plaisir de voir les photos qu’elles ont partagé avec nous sur les réseaux sociaux.

Le Restaurant du Marché 59 rue de Dantzig 75015 Paris tél : 01 48 28 31 55

Le curry au poulet est un plat que l’on mange très régulièrement à la maison, dans plains de variantes différentes. Avec des poudres toute faites, avec des pâtes à curry, des mélange de poudres. Bref nous aimons le curry.

 

C’est souvent au poulet, je dirais même pratique toujours au poulet que je le fait. Quelque fois du poisson mais c’est rare. Toujours avec des tomates, je prends des fraîches en saison et en boite l’hiver. Le poulet en filet ou pas. Cela dépend des fois. Quant aux épices j’ai toujours adoré le Curry de Sharwood, et je suis passé aux pâtes quand j’ai lu que Jamie Oliver recommandait la marque Pataks quand on avait la flemme de faire le mélange soi même. A chaque fois c’est un peu différent, entre les mélanges d’épices, le lait de coco …. J’ai voulu essayer de faire une version très simple, juste au four pour aller plus vite et sans tomates. Et on s’est régalés. Du coup j’a refait la recette pour une fête le week end dernier pour 50 personnes et j’ai cru comprendre que cela avait convenu à tout le monde.

Ingrédients pour 5 personnes

  • 5 filets de poulet
  • 425ml de lait de coco
  • 3 cuillères à soupe de pâte à curry  Tikka Masala
  • 2 oignons
  • 2 gousses d’ail
  • Sel
  • Huile d’olive

Faire chauffer le four à 200 dégrées

Faire revenir les oignons et ail émincés dans une lichette d’huile olive à feu doux pour qu’ils prennent un peu de couleur.

Dans une casserole faire tiédir le lait de coco avec les 3 cuillères à soupe  de pâte à curry. Mélanger et chauffer à feu doux quelques instants pour que le mélange se fasse bien.

Mettre dans le fond d’un plat allant au four le mélange oignons et ail. Poser par dessus les filets de poulet. Verser le mélange lait de coco / pâte à curry. Éventuellement saler si vous le souhaitez.

Mettre au four 20 à 30 mn et servir avec du riz. Nous le servons également avec un chutney de mangues et des bananes en tranches.

 

Sinon à propos de curry et de cuisine Indienne, Sanjee de Bollywood Kitchen a écrit les recettes du film The Lunchbox et son livre est fourni avec le DVD du film qui vient juste de sortir. C’est bientôt mon anniversaire et j’essaye de subtilement passer le message à ma famille….

lunch-box

Et toujours à propos de Sanjee et de curry, elle nous a amené dans une « cantine » Indienne dans le 10eme arrondissement. C’était un délice. Un restaurant sans vin et donc nous avons amené ce que nous souhaitions boire. Je ne pourrais pas vous dire ce que nous mangé, c’est Sanjee qui a tout commandé. Nous avions une montagne de plats différents entre les curry  végétariens, à l’agneau, les dhals, les naans, les riz… C’était fabuleux. La seule chose que Sanjee nous a demandé était notre tolérance au piment sur une échelle de 1 à 10. Heureusement la tablée était raccord mais nous avons eu un peu chaud quand même. Le prix était de 15€ par personne au final pour entrée, plat et dessert. Une adresse que je vous recommande!

Curry Nalas

Nalas Aapppakadai 54 rue Louis Blanc 75010 Paris 01 42 05 50 50

La Trésorerie est une boutique que j’ai trouvé en flânant sur le net au hasard des post Facebook.

La Trésorerie

Je ne sais plus qui a conseillé cet article mais je le/la remercie. Donc en me baladant du coté de République, je suis allé voir à quoi cela ressemblait. Et effectivement c’est une jolie boutique. De la place pour déambuler  et pleins de bricoles. Presque une quincaillerie ou droguerie à l’ancienne. Des ustensiles de cuisines, de la vaisselle, des produits pour l’entretien de la maison, pour la déco , pour la salle de bains… Une mini caverne d’Ali Baba avec des choses pratiques, utiles et jolies.

La Trésorerie

La Trésorerie

La Trésorerie

La Trésorerie

 Sur leur site, j’ai appris que leur nom n’était pas un hasard mais bien une ancienne Trésorerie avec le sigle RF sur la devanture comme l’atteste cette photo piqué sur leur site :

Facade Trésorerie

Les produits vendus sont, je cite :

90% (au moins) des articles sont fabriqués par des fournisseurs possédant leur outil de production (atelier ou usine) ; les 10% restant sont exclusivement fournis par des designers ou des maisons d’édition (soutien du travail de création d’objets du quotidien), ou par des grossistes (pour des raisons logistiques). Les fabricants qui intègrent une approche environnementale sérieuse dans leur processus de production sont privilégiés.

Sur place il y a également un café restaurant qui s’appelle Smörgas. Ce qui veut dire Tartine ou sandwich en Suédois. Il va falloir que j’y retourne goûter…

La Trésorerie café smorgas

La Trésorerie  11, rue du Château-d’Eau 75010 Paris Tél. + 33 (0)1 40 40 20 46

Viola est un joli bistro à l’Italienne dans le quartier des Batignolles, parfait pour le brunch en cette veille de weekend.

 

Un très bon moment que cette invitation. Un joli cadre, de bonnes choses, un service discret et une histoire derrière tout ça, le propriétaire Charles Teboul a donné le nom de sa mère Viola à cet établissement, le repas nous a été servis dans une vaisselle ancienne qui lui vient également de sa mère. Et cela se sent dans l’ambiance.

Au piano il y a Vincenzo Patruno qui est originaire des Pouilles et depuis des passages dans de grandes maisons il propose des classiques Italiens en les réinterprétant!

Au menu  de ce brunch servi le Dimanche  de 12h à 16h :

Viola Menu Brunch

 

Un buffet salé pour commencer, pleins de saveurs : des légumes marinés, des salades, des charcuteries et de fromages. Fin et délicieux.

Viola Buffet salé

Suivi par un hamburger avec un fromage totalement surprenant, le Taleggio. Fondant et plein de saveurs, un régal avec ce hamburger. Une très belle découverte.

Viola Hamburger

Tout cela servi avec des boissons thé, café ou chocolat au choix et un Bloody Mary ou un jus d’orange! Pour ma part ce brunch s’est arrêté là, je n’ai pas fait honneur au très joli buffet sucré après avoir un peu abusé du buffet salé. Mais au vu des assiettes des personnes autour de moi il en valait la peine.

Alors j’étais tellement bien dans cet endroit, que je m’y suis attablée un certain temps. On est tranquille, on est bien, on mange des choses différentes et bonnes. Mais que demander de plus! Des amis pour partager ça? Justement j’étais avec des amis et  je n’ai pas vu le temps passer. C’est aussi à ça que j’attache de l’importance quand je mange quelque part. Ce sentiment d’être bien, d’avoir mangé agréablement, d’être en bonne compagnie dans un joli cadre.

Le restaurant est ouvert 7 jours sur 7,  j’ai testé le brunch à 26€ mail y a également un menu déjeuner à 18 ou 22€ et un menu dîner à 29 ou 36€. Une table d’hôtes de 10 couverts est disponible dans un coin tranquille. Pensez à réserver, il semblerait cet endroit a déjà beaucoup de succès….

Restaurant Viola 80 rue Lemercier 75017 Paris  Tél 01 42 63 59 61

D’abord j’aime les pâtisseries (j’entends par là les desserts et les magasins)  mais alors quand il s’agit d’une nouvelle pâtisserie, et d’un pâtissier qui après des années dans de grands restaurants se lance alors je suis intéressée et intriguée.

Donc petite visite pour Pure Paris qui a ouvert Rue St Charles dans le 15eme. C’est Eric Barnerias qui a ouvert cette pâtisserie, cet ancien chef pâtissier de l’hotel Scribe, du Westminister et du Ritz propose un assortiment de douceurs aussi bonnes les unes que les autres.

Pour ma part j’ai goûté les merveilles suivantes en version minis ou mignardises mais les voilà en version bûche.  Les photos sont de Anne Demay, je les trouve magnifiques!

Bûche Pure Myrtille

Le Pure Myrtille, un biscuit aux myrtilles avec une mousse de fromage blanc et un insert de confiture myrtille aigre-douce. Ma préférée, d’ailleurs en voyant myrtille c’est la première que j’ai essayé. Et ne vous laissez pas tromper par le nom de myrtille aigre douce. C’est clairement plus doux que aigre!

Bûche Noël au Soleil

Noël au soleil! Quel joli nom pour un dessert d’hiver aux fruits exotiques, de  la crème brûlée et un biscuit aux noix. On se croirait avec un soleil couchant.

Bûche Autumn Street

La bûche automne est elle à base de mousse au chocolat, des éclats de marrons et un biscuit au noix. Autant mes origines Suédoises me font adorer la myrtille, autant quand j’entends marrons et noix j’ai mon coté Auvergnat qui se réveille très vite. C’est une combinaison que j’aime beaucoup.

Bûche Brandy au coin du feu

Et enfin  la Brandy coin du feu et là en cette période de l’année je dois dire que le coin du feu me parait un très bon endroit avec cette tarte au chocolat, mousse cognac et cœur de thé fumé!

Mais l’assortiment de cette boutique ne s’arrête pas là, il y a aussi des tartes au citrons, des éclairs à tomber et tout un tas d’autres classiques, ainsi que des mignardises salés pour les apéros.

Pure Paris

Du thé de chez Cha Yuan, nous en avons senti quelques uns qui avaient l’air très bon! Et entre autres le thé Fête des Lanternes à la mirabelles. D’ailleurs Eric Barnerias a fait un macaron avec ce thé qui est tout simplement fabuleux. On a l’impression de manger une mirabelle! C’était fabuleux!

Pure Paris 2

 

Résumons nous, la pâtisserie de Eric Barnerias s’appelle Pure Paris et se trouve au 120 rue St Charles 75015 Paris tél : 01 45 77 72 56

Leur site Pure Paris avec les photos de Anne Demay

Leur page Facebook : Pure Paris le Labo de Eric Barnerias

 

Où trouver des « Suédoiseries » en tout genre à Paris?  Dans un magasin Suédois me direz vous! En effet et Affären c’est exactement ça, une boutique d’alimentation, d’objets d’arts de la table ou de décoration, de journaux Suédois et presque tout ce que vous souhaitez y trouver.

knackebrod

Le Knäckebröd (que l’on trouve sous le nom de pain Wasa en France mais qui existe dans sa forme originale c’est à dire rond avec un trou dedans. On le faisait sécher sur un manche en bois! Il y a comme le Wasa un coté avec des trous et un sans. Ce qui donne lieu à d’interminables discussions, faut-il le beurrer coté trou ou pas!

On trouve de la confiture d’airelles et du sirop d’airelles, tous les harengs possibles et imaginables, des aquavits, de la bière suédoise, pleins de bonbons, du chocolat….

Solstickanoriginalteckning

Des allumettes suédoise de la marque Solstickan, pour chaque boite vendu quelques centimes (ou öre) vont aux enfants et aux personnes âgées en détresse. C’est une institution en Suède depuis des lustres…. En fait depuis 1936. Environ 200 000 euros chaque année sont collectés!

On trouve des serviettes en papier avec les 3 couronnes, emblème de la Suède; avec le drapeau Suédois ou même avec le cheval de Dalecarlie (Dalarhäst) :

Dalahast

 

On trouve les couteaux à beurre que je préfère, en bois, ainsi que l’épluche patate qui part régulièrement à la poubelle, ou du moins qui disparaît… Donc j’en rachète…

smorkniv_dalahastpotatis

 

 

 

 

 

 

 

 

Souvent on trouve des Kanelbulle tout prêts et chauds, d’autres fois on en trouve au congélateur de la boutique qui est également bien achalandé en pain, boulettes de viande, poisson et löjrom (oeufs de poisson dont je parle dans cet article quand nous en avons utilisé pour un dîner Suédois).

 

Et en ce moment on trouve pleins de déco de Noël typique de Suède. Le bougeoir à 4 bougies, on en allume un enouvelle chaque Dimanche de l’Avent; les bougeoirs électriques que les Suédois laissent allumé devant leur fenêtre en hiver, les couronnes de Noël etc…

La boutique Affären est au 3 bis rue Léon Jost 75017 Paris, leur site est http://www.affarenparis.com et pour surveiller l’arrivé des kanelbulle leur page Facebook

 

Crédit photo : pour le knäckebröd http://www.minda.eu/?p=386
Allumettes : http://www.solstickan.se
Dalahäst : http://www.nationalsouvenirs.com/new-on-site/articles-39
Couteau à beurre : http://www.bestofscandinavia.se
épluche patates : http://onekligen.blogspot.fr/2011/01/na-men-om-vi-kanske-skulle-ta-och.html

logo-les-climatsJe ne sais pas par où commencer pour vous raconter mon dîner au restaurant Les Climats à Paris. Je pourrais commencer par vous dire que je me suis régalé et dans un très joli cadre mais ce serait un peu léger pour vous faire part de mon enthousiasme sur ce lieu, les gens qui y travaillent et la cuisine du chef….

J’ai découvert ce restaurant Les Climats à l’occasion d’une invitation à tester leurs Bourgognes lors des soirées B3 du Mercredi soir. Lors de ces soirées 3 Bourgognes crémants sont mis à l’honneur et servis avec des bouchées apéritives. Une idée très agréable d’autant que je ne connaissais pas les crémants de Bourgogne, et il y en a un paquet à découvrir. Du coup j’ai eu quelques explications sur les lieux par Carole Colin qui avec Denis Jamet a ouvert ce restaurant en Avril. La déco a été totalement refaite pour retrouver ses caractéristiques premières : la hauteur de plafond, les vitraux…

Mais pourquoi ce nom de Climats et pourquoi que des vins de Bourgogne? En fait, le mot climats en Bourgogne  désigne une zone géographique (en général assez petite) qui correspond à un cru. Les climats  sont divisés en parcelles délimitées par un mur ou un chemin. Chaque climat est unique : sols plus ou moins profonds, caillouteux ou drainants ; pentes plus ou moins douces ; expositions variables ; courants d’air. À Gevrey-Chambertin, on trouve plus de 100 climats ! (9 en Grand Cru, 27 en Premier Cru, 69 en appellation Village et 10 en appellation régionale Bourgogne). D’où le nom de ce restaurant qui ne sert que des vins de Bourgogne.

Donc je dégustais des Crémants de Bourgogne avec les explications du sommelier Frank-Emmanuel et de Carole Colin qui passe une grande partie de son temps en Bourgogne à la recherche de vins pour la cave du restaurant. La bonne humeur ambiante me fit revenir une deuxième fois et je vous garantis que j’y retournerais cet automne.

Quelques temps après j’y suis retournée pour dîner et tester la carte du chef  Phan Chi Tam , une succession de plats avec un  mélange de cuisine Française et d’inspiration asiatique.

En amuse bouche, une salade de tomates au coriandre, suivi par  un rouleau de Kingcrabe au daikon mariné à la betterave, gelée d’avocat et un émincé de bar de ligne cru au yuzu et sésame.

PicMonkey Collage

 

En plat ce fût Bar de ligne poelé, jeunes légumes au sautoir, jus réduit à l’ail, selle d’agneau rôtie, polenta à la provençale, jus d’agneau au fenouil,  et noix de veau en croûte d’algues, légumes confits, jus de veau au poivre de Timut

PicMonkey Collage2

 

Comme on nous l’avait chaudement recommandé, nous avons testé le Nuage ni chaud ni froid d’époisses aux  épices douces. Il faut aimer l’Epoisses mais c’était notre cas à tous et c’était un régal de légèreté. Cela étant dit nous aurions pu prendre le plateau de fromages sélectionnées par Androuet (je suis très sensible au fait que l’on trouve une sélection de fromage aux menus, cela se fait de moins en moins et c’est dommage).

Et c’est là que j’ai arrêté de tester mais les autres ont vaillamment continué sur les desserts : Boule de neige au coco et citron vert, jus passion-gingembre, minestrone de fruits de printemps, sirop à la menthe et basilic, sablé à la rhubarbe confite, framboises fraîches et glace vanille.

PicMonkey Collage3

Tout cela accompagné par un Bourgogne (of course) recommandé par la maison pour accompagner nos choix : un clos de la Perrière, domaine Joliet 2009. La carte des vins propose beaucoup de prix doux, mais n’hésitez pas à demander conseil, la cave contient des petits et grands trésors.

Un vrai plaisir ce dîner, des associations très réussis, que j’ai trouvé originales et des cuissons parfaites. Un service souriant et chaleureux dans un joli cadre. Une seule envie, y retourner pour profiter encore de la fin de l’été et essayer la terrasse-jardin du restaurant.

Les Climats : 41 rue de Lille 75007 Paris – www.lesclimats.fr

Téléphone 01 58 62 10 08

Ouvert du Mardi au Samedi de 12h à 14h30 et de 19h à 22h30

Pour les dégustations B³( ou Bourgogne Bubble Bar), les dates sont données sur la page Facebook (https://wwwfacebook.com/lesClimats) et les inscriptions se font sur la page  www.lesclimats.eventbrite.fr (la participation est de 10€ à régler sur place et le nombre de places limité à 20 personnes).

yoomSans vouloir vous raconter ma vie (mais comme c’est mon blog en fait je fais ce que je veux!!) je vais vous parler de ma longue histoire avec les DimSum!! Il était une fois une petite fille qui habitait à Londres et son Papa adorait les DimSum et donc il l’a trainait régulièrement en manger dans des restaurants divers et variés dans le Swinging London des seventies!! (Ehh oui c’est pas tout jeune tout ça! ).

Ensuite à Paris on mangeait des vapeurs dans le 13eme arrondissement mais ce n’était pas la même chose. Souvent des entrées et difficile de penser à en faire un repas complet comme à Londres.

De plus il y a un certain temps j’ai rencontre un beau jeune homme que j’ai épousé par la suite et qui adore ça autant que moi si ce n’est plus. Nos trois enfants ont (presque) été élevés au vapeurs et autres chinoiseries.Puis vint un court séjour à Shanghai et un encore plus court à Hong Kong et mon appétit n’a jamais faibli devant ces merveilles brulantes.

Tout ça pour en venir au fait qu’un jour on me propose d’aller essayer le restaurant de Mikaêl Petrossian et Benoît Guilbeau. Yoom 2eme du nom dans le quartier de l’Odéon. Ces deux jeunes gens après avoir fait un pasage par la finance se sont rendus compte qu’il n’y avait pas de restaurant de DimSum à Paris comme à Londres ou ailleurs. Ils ont planché la dessus et là bas et ont ouvert un premier établissement dans la rue des Martyrs il y a quelques années. Puis un deuxième à l’automne dernier dans le quartier de l’Odéon.

Donc me voici à table dans ce très joli cadre assez chinoisisant mais pas trop. Des jolis tables et une belle vaisselle, un accueil  charmant. D’autant que Benoît Guilbeau est venu nous raconter leur histoire et nous a préparé un choix de DimSum à tester. Une merveille de subtilité de goûts accordés avec pour moi un thé rouge (choisi difficilement parmi tout leur choix de thés).

Presque trop de choses (ou trop de bonheur) pour vous raconter. Tout était bon, les bouchés au Canard Laqué, les boulettes thai pimentés aux  crevettes enrobés de minuscules dés de carottes, la salade thai légèrement pimenté pour accompagner tout ça. Les aubergines frites avec leur sauce. Il faut dire que la plupart des plats sont accompagnés de leur sauce et dans le cas contraire sur la table la sauce maison à base de sauce soja, vinaigre de riz et gingembre était fabuleuse et accompagnait parfaitement.

Pour terminer nous avons pris un dessert! Je dois dire qu’en général quand je mange Chinois je ne prends pas des dessert ou alors des fruits frais mais là nous avons été alléché par la description du dessert que nous a fait Benoît Guilbeau : un Tang Yuan, des boules de riz gluant avec de la pâte de sésame noir dedans et dans une soupe de lait au gingembre. Une merveille. J’ai adoré.

Yoom

En fait j’ai tellement aimé que j’ai amené mon Bob dans les jours qui ont suivi. Toujours un accueil impeccable, on s’est encore régalé en essayant d’autres choses. Et je crois qu’on va y retourner!D’autant que les prix sont raisonnables.

En rentrant je me suis empressée d’acheter le livre de Mikaël Petrossian DimSum comme à HongKong avec la plupart de recettes proposés dans le restaurant. A suivre!! Editions Marabout prix 8€01 dans toute bonne librairie gourmande!

Yoom dim_sum

Menu à 17€90 à midi en semaine avec 4 DimSums différents et un bol de riz sauté.

Yoom   20 rue des Martyrs 75009 Paris  –  tel : 01 56 92 19 10

Yoom  5 rue Grégoire de Tours 75006 Paris  –  tel : 01 43 54 94 56

Ouverture du Mardi au Samedi à déjeuner et dîner.

Récemment je suis allé gouter les merveilles de Laetitia chez Anoosh à Issy les Moulineaux. Si il vous faut trois raisons pour y aller, la première est bien entendu pour ce que Anoosh propose à nos papilels mais aussi l’accueil de Laetitia, sa gentilesse et son abord facile, et ensuite le cadre  joli, doux et reposant tout en gris et violet (J’adore).

Un restaurant-traiteur de cuisine méditerranéenne, avec des produits frais du jour (Quand il n’y en a plus il n’y en a plus…). Qui dit cuisine méditerranéenne, dit cuisine multicolore, Arménienne, turque, libanaise avec  les classiques, tabouleh vert, tabouleh « orange » (avec plus de graine), caviar d’aubergines, houmous, Tsatsiki, salade crétoise et j’en passe et des meilleurs….

Le Caviar d’aubergine avec du sésame dedans m’a surpris je dois dire, bon mais surprenant. Les autres plats m’ont ravis par leur fraîcheur.

On choisit une assiette avec de 3 à 5 spécialités pour un pris modique entre 9 à 11€, boisson comprise. Un régal, et en plus très pratique pour moi puisque pas trop loin de mon bureau à Meudon!

Anoosh 32 rue Jules Ferry 92 Issy Les Moulineaux (RER Issy Val de Seine)

Cette année l’opération Tous au restaurant va se dérouler du 19 au 25 septembre.  Le principe de cette opération est « un menu consommé = un menu offert, hors boisson » et leur slogan est votre invité est notre invité.

Les réservations sont à partir du 7 septembre, c’est à dire aujourd’hui à partir de 10h sur leur site ou par téléphone. A vos marques prêts, partez…

Une trouvaille, en fait deux trouvailles, je dirai même trois. Un restaurant et un fabricant d’objets de déco et de d’arts de la table. En bonus la désigner du restaurant.


Tout d’abord Nousaku est un fabricant d’objets de décoration et d’arts de la table Japonais. Cette entreprise a été  fondé en 1609. (Mazette!!). Aujourd’hui ils se sont tourné vers l’étain essentiellement. Même si le laiton et la feuille d’or sont souvent utilisés. Ils ont commencé par des vases, des objets pour le culte bouddhique  et la cérémonie du thé puis des produits de décoration d’arts de la table. Sur les tables nous avions donc des portes baguettes en étain que l’on pouvait non seulement admirer mais également tordre pour leur faire changer de formes.

Il parait qu’on peut les tordre jusqu’à 500 fois sans les abimer!!!!!

Les petites assiettes fleur pouvait également se déformer pour faire une coupelle ou juste un dessous de tasse ou même un porte bougie. Pareil pour les dessous de plat qui tout aplatis faisait leur office premier mais tordus pouvait emprisonner un bar en beignet ou faire porte bouteille. Des objets magnifiques et très curieux au toucher, le métal est dur mais on sent bien qu’il cède quand on fait une pression. Mon seul bémol a été les verres à champagne qui étaient très beau mais un peu lourd et je n’aime pas beaucoup le contact du métal quand je bois.

Sous les Cerisiers est un restaurant Japonais tenu par Sakura Franck. Ce restaurant est ouvert depuis 2009 (environ) et a été décoré par Birgitta Ralston fondatrice de Transplant, un centre de compétence de design en Norvège. (Mais cerise sur le gâteau, du moins pour moi, Birgitta est Suédoise et ancienne Parisienne, nous avons trouvé pleins de sujets en commun!!!)

Le restaurant est relativement petit mais les tables sont bien espacés donc on a quand même une sensation de place. La décoration est simple mais rend l’espace intime. Les tables étaient décorés avec les éléments de Nousaku, puisque Sakura Franck, le Chef, a demandé à Nousaku de lui créer une série d’objets en étain pour ses créations. La cuisine est un délice et la présentation magnifique. Je vous mets le menu , vous en avez quelques photos au dessus et plus bas.

  • Nouilles au thé vert et gambas
  • Beignet de filet de bar au yuzu, façon « tempura »
  • Sashimi de daurade royale
  • Sushi au foie gras poelé, crème de miso « saikyo »
  • Brochette de magrets au baies de « sancho » mangue & miel
  • Financier aux fleurs de cerisier, crème mascarpone au jasmin et lychee.

Le Yuzu fut une découverte très agréable, j(depuis le temps qu’on m’en parle…). Le Bar en « tempura » d’une légèreté étonnante.  Le Sashimi à tomber. Le foie-gras avec le miso en Sushi ne m’attirait pas mais l’ensemble était réhaussé de gingembre qui donnait une finesse et un coté très intéressant. De toutes les façons, comme dirait Dorian : « le foie-gras ça va avec tout! » Sinon j’ai d’abord cru que les nouilles au thé vert étaient des éléments de décoration tellement cela faisait petites branches avec des fleurs, bon d’accord le restaurant était un peu sombre. Mais voyez plutôt :

Le Bar était donc emprisonné, le riz faisait dos de mouton et les nouilles bâtonnets fleuris dans des fioles à saké.

61343830


Une des personnes de Nousaku nous a montré dans le catalogue (en ligne) leurs carillons. Ils sont magnifiques, je sens que je vais craquer…..

Adresses :

Sous les Cerisiers : 12 rue Stanislas 75006 Paris site

Nousaku : chez la boutique Jugetsudo 95, rue de Seine 75006 Paris du 18 au 29 janvier 2011 et du 8 au 22 mars 2011 

et le site de Nousaku: www.nousaku.co.jp/en/index.html

Bon évidemment je n’ai pas trouvé tout cela, toute seule, j’y ai été aidé par Christophe qui m’a invité à cette une soirée délicieuse et donc je l’en remercie.Les crédits photos vont à Vincent Baillais (sauf celle indiqués Annika Panika qui sortent tout droit de mon téléphone….)

Quand la Grande Manu propose une soirée entre filles, cela donne une énorme soirée avec 20 bloggeuses limite hystériques en train de papoter, twitter échanger des adresses! Un délire totale.


On a commencé la soirée dans un bar Le Charlotte conseillé par Libelul dans le quartier de Bastille, très sympa mais juste un chouïa trop petit pour contenir les 20 folles que nous étions.
Donc sur les conseils de Sandra nous avons migré vers le Wok Cooking ! Un concept très sympa : vous choisissez la base de votre préparation : nouilles ou riz, vous vous dirigez vers le buffet qui propose des viandes diverses, marinés ou pas, de poissons et crustacés et pleins de légumes. Ensuite au bar à Wok vous attendez sagement qu’un des cuisiniers soit disponible et vous lui tendez votre bol en précisant l’assaisonnement (spicy ou pas, curry ou autres) et les diverses épices ou condiments (sésame, cacahuètes…..). Il vous prépare ça en quelques minutes sous vos yeux et vous repartez vers la table avec un bol fumant qui doit rassasier même les appétits les plus forts. Il y des photos très sympa du diner chez Sandrine et Manu.

Après nous être rassasiés nous nous sommes dirigés vers le Mojito Lab, lieu récemment ouvert  et que je mourrais d’envie d’essayer! C’était calme quand nous sommes arrivés, forcément un soir de semaine, mais nettement moins calme une fois qu’on a franchi la porte. Des Mojitos sous leurs formes et couleurs. Du plus classique au plus original. De la menthe partout, des tables surfaces Microsoft qui ont fait pousser des Ohhh et des Ahhhs. Un barman jongleur bref une ambiance du tonnerre.

Avec Trublyonne nous avons pris un trio :

Delfée a pris un truc nettement plus compliqué et totalement enfumée :

Et le Barman jongleur!

Les autres participantes étaient :Doudette, Marjolaine, Stéphanie, MadameParle, Isabelle, Mamzelle Carneto, Marie, Carole, Framboize, Bao, Gabrielle, Cajulitoon, Mrs Clooney, et j’espère que je n’oublie personne!!!!!

 

Adresses :
Le Charlotte Bar 10 rue de Lappe 75011 Paris

Wok Cooking 25 Rue Taillandiers 75011 Paris

Mojito Lab 28 rue Keller 75011 Paris

 

Quelques jours à Paris avec Ptit Bob. J’ai grosso modo mis les pieds sous la table puisque entre les invitations chez les copines puis les petites bouffes à l’extérieur je n’ai absolument rien fait pendant 4 jours. C’était super!

Dans la catégorie restau, nous avons testé sur les conseils de mon frère un table sur la place de la Nation : Prosper (7 ave du Trône dans le 11ème). Genre bistrot, on sent poindre des origines auvergnates. Le repas était très bon, servi rapidement et même si il a fallu attendre 5mn pour avoir une table, c’était exactement ce que le serveur avait pronostiqué comme durée d’attente.  Toutes les personnes dans ce restau étaient souriants et aimables ce qui ne gâche rien. Les prix sont corrects. Une balade dans Paris sous le soleil pour digérer c’est assez magique.

La table suivante était un restau dans le 13ème, asiatique bien sur et plutôt du coté Vietnam. Il s’appelle Thing Thing et il se trouve dans la rue Dunois. Les travers de porc au sel et au poivre sont à se rouler par terre. Les autres plats choisis par les habitués (donc je ne me souviens plus des noms) étaient également délicieux.


Par contre pour occuper mon loustic de 10 ans, nous avons attaqué les musées, Le Louvre (pour voir la Joconde et le département Egyptien). Le Palais de la découverte pour que poulette N°2 de ma copine Luolan puisse se faire dresser les cheveux sur la tête. Et enfin le Musée d’Orsay pour voir l’ours de Pompon puis quelques impressionnistes quand même. Quelques heures de lèche vitrine avec Luolan autour de Saint Sulpice et Sevres Babylone. Une découverte pour moi était les boutiques Muji, entre les accessoires plus sympas les uns que les autres et les fringues à des prix abordables (une chemise blanche genre liquette m’a bien tapé dans l’œil). Mais un des points forts de ce week end fût la balade en Velib sous le soleil.  Il faut bien dire que se promener en vélo un dimanche ensoleillé dans Paris c’est vraiment génial. Je suis devenue fan de ce système même si je n’utilise jamais son équivalent Aixois. Bref un séjour trop court comme d’hab mais I will be back!

 

De retour à Aix, les amandiers sont en fleurs et j’ai récupéré mes autres loustics en balade chez des copains. Lundi c’est la fin des vacances pour nous.

Ingrédients  pour de bonnes vacances :

En plus des 5 enfants cités précédemment et des deux adultes, ajoutez un Oncle Lars et une Tante Kristina venues de Suède pour nous rendre visite. Une demande de bouillabaisse et de bouffe Française en générale.

 

Alors là les données du problème n’était plus les mêmes que pour les enfants. Il fallait faire juste un peu de tourisme et beaucoup de cuisine.

Sur les conseils avisés de tout le monde, nous sommes allés à Marseille, nous promener sur la corniche, avant d’arriver dans le vallon des Auffes et nous régaler d’une formidable bouillabaisse chez Fonfon. Une merveille. Je n’en avais jamais mangé et cela vaut vraiment le déplacement. Tonton Lars était ravi. Ensuite petite balade pour leur montrer Marseille vue d’en haut, encore et toujours La Bonne mère. Mais c’est vrai que la vue est fantastique.

Cette fois là, nous avions laissé les enfants en tête à tête avec une pizza et leurs appareils électroniques divers et variés.

Par contre le lendemain, direction Arles et ses trésors. Alors là pique-nique au pied du théâtre antique, visite des arènes (il est indiqué qu’elles sont plus grandes que celles de Nîmes, et mon Bob, en bon Nîmois qu’il est) a fait le tour en ronchonnant que ce n’était pas possible et que forcément celles de Nîmes étaient plus grandes et bla bla bla). Le cloître des Trophimes est très beau mais nous avons gardé la promenade a travers les sarcophages de l’Alyscamps pour la fin et c’est un lieu paisible. Je trouve cela toujours surprenant que des traces aussi lointaines aient réussi à traverser le temps.

Ensuite avant de partir, mon oncle a trouvé qu’avec cette météo il fallait absolument essayer la piscine, je peux vous garantir qu’il a été seul a se baigner à 13°.
Brrrrr

Evidemment nous leur avons montré Aix aussi, quelque chose me fait dire qu’ils vont revenir nous voir bientôt……


Mon Bob ayant pris un jour de congé, nous avons décidé d’aller déjeuner en ville. Mon choix (oui c’est moi qui choisi, vous croyez quoi) s’est porté sur un restaurant dans le centre d’Aix : Le Passage. J’avais vu ce nom sur le blog d’Anaik . Elle avait parlée  d’un autre établissement mais dans les commentaires, est apparu le nom de celui-ci.

Dans les guides de la ville, il apparaît comme restaurant, bar, vente à emporter, école de cuisine. Ouf cela fait beaucoup !

On peut rentrer dans ce restaurant par deux entrées distinctes, ce qui lui vaut ce nom de passage. Anciennement c’était une usine à bonbons ou chocolat, d’où des photos en noir et blanc un peu partout. La salle est très belle, et la terrasse est très agréable avec toute sa verdure et ses pergolas.

Cela étant dit, nous étions là pour manger. Il y avait un menu spécial « semaine du goût », et également le menu déjeuner 22€ pour une entrée et un plat ou un plat et un dessert.

Nous avons pris du foie gras en entrée servi avec un chutney de mendiants. Le foie gras manquait un peu de goût, mais pas le chutney qui explosait de saveurs, tellement d’ailleurs que je ne l’ai pas mangé avec le foie gras, dont il masquait le goût déjà léger. Par contre tout seul, il était savoureux.

J’ai pris ensuite un dos de sandre sur une poêlée de champignons. Le sandre, n’était pas assez cuit au centre, mais la poêlée l’accompagnait très bien. Bob a pris un tartare très bien assaisonné avec des frites et une petite salade. Il a trouvé bon et moi aussi.

Dans l’ensemble je dirais un bon déjeuner, mais pas une révélation. Un peu cher pour ce que c’était, mais c’est le peut être le  prix à payer pour aller dans un endroit très branché. Le service était impeccable, Les serveurs ont du être engagés pour leurs sourire (entre autres).

Il semblerait qu’il faille aller au bar voir la vue sur Aix, ce sera pour une prochaine fois.

Si vous en avez d’autres à nous conseiller, je lui fait reprendre un jour de congé.