Dans la catégorie estivale et facile à faire (c’est-à-dire comme j’aime) voici un autre plat que j’aime beaucoup et que j’ai également piqué à Luolan.

Un mélange de poivrons de toutes les couleurs sautées à l’huile d’olive. Non seulement c’est jolie à regarder, mais c’est bon chaud ou froid.

Pour les quantités c’est selon le nombre de personnes. Je compte environ un poivron et demi par personne.

  • Des poivrons verts, rouges, jaunes et orange.

  • Sel et poivre

  • Huile d’olive

Laver les poivrons, les couper pour enlever les filaments et les graines. Couper en morceaux de taille moyenne.

Faire chauffer l’huile dans une sauteuse ou une poêle. Mettre les poivrons. Faire chauffer à feu fort quelques minutes en remuant. Puis baisser le feu et toujours en remuant faire cuire une dizaine de minutes. Saler et poivrer. Servir….

Pour varier les barbecues et pour utiliser les courgettes qui commencent à nous envahir, voici des brochettes toutes simples mais très goûteuses :

J’utilise maintenant des brochettes en métal mais si vous utilisez des brochettes en bois ou en bambous, penser à les tremper cinq minutes dans l’eau avant de vous en servir, cela évite qu’elles brûlent.

  • Un poivron rouge,

  • Des tomates (le nombre dépend de la taille)

  • Des courgettes

  • Des petits oignons blancs

Préparer les légumes :

Poivrons : laver, couper en deux, enlever les filaments blancs et les graines ? Couper en morceaux de 2 à 3 cm.

Oignons : laver et couper selon la taille en deux ou en quatre

Tomates ; laver et couper selon la taille en deux ou en quatre

Courgettes : laver et couper en tronçons ou en demi tronçons selon la taille.

Mettre sur une brochette selon votre goût une alternance de légumes, jusqu’à épuisement des légumes. En général quand on presque fini les légumes, on s’aperçoit qu’il reste pleins d’une sorte et pas de l’autre donc on est obligés de recouper…

Mettre les brochettes dans un plat, verser un filet d’huile d’olive dessus, saler, poivrer et éventuellement un peu de thym et/ou du romarin.

Faire cuire au barbecue environ 10 mn. Les légumes seront très peu cuits. Mais nous c’est ce que l’on aime.

Encore une fois rien de bien sorcier mais agréable à faire et à manger

Même réflexion que pour le curry : il y a pleins de versions différentes de tandoori, voici celle qui plait à ma famille.

 

  Il me reste encore de la poudre de chez Sharwood’s, (contrairement au curry).

 Ingrédients : 

  • 800gr de pilons de poulet (dans mon cas cela faisait 8 pilons)
  • 3 yaourts brassées
  • 3 cuillères à soupe de poudre de tandoori
  • sel et poivre
  • jus d’un demi citron

Mélanger dans un plat ( plat à gratin, pas trop profond mais large) les yaourts, la poudre à tandoori, le jus de citron, le sel et le poivre.

Inciser de plusieurs coups de couteaux  les pilons (cela permet à la marinade de mieux aromatiser la viande).

 Laisser mariner. Je préfère le faire toujours la veille, ce qui vous donne entre 12h et 24h.

Ensuite, dilemme : four ou barbecue. D’habitude, je mets au four pendant ¾ d’heure à 200 ° en retournant les morceaux à mi-course. Cette fois ci j’ai refilé le BB à Bob qui les a fait cuire 30mn sur le barbecue. Il a trouvé que ce n’était pas très pratique à faire cuire, et nous nous avons trouvé un peu cramé mais avec un très bon goût de tandoori. On refera au four l’hiver prochain, a moins que Bob change d’avis.

 Monsieur Bob dit que la photo du poulet avant cuisson n’est pas montrable, c’est vrai que la yaourt rose. Bof !! Et la photo après cuisson, je n’ai pas eu le temps de la faire. Désolée

J’ai trouvé cette recette sur le blog de Pascale Weeks (qui ne fait pas que du sucré). Je n’ai pas suivi les quantités à la lettre (comme d’habitude j’ai fait la recette avec ce que j’avais à la maison), mais plutôt l’idée générale qui est de faire cuire la ratatouille au four. Les tomates deviennent confites, et surtout il a une super bonne tête, contrairement à la « mochebouille » ou gloubiboulga que je fais d’habitude.

J’ai attendu un moment avant de la faire, je pensais qu’elle prendrait plus de temps à préparer qu’une rata normale. En fait, non, de toute façon il faut couper tous les légumes. Donc je vous conseille fortement cette recette. Elle se mange froide  ou chaude, c’est un délice.

Chaque fois que Luolan fait son taboulé, je le trouve formidable, pas sec, goûteux. Bref j’adore. Chaque fois que je le fais, il est sec. Grrrr

Sauf hier, youpi. Elle le fait avec 800gr de tomates, moi il m’en faut 1kg pour éviter la sécheresse.

Avant de vous donner sa recette, je voulais vous montrer le dernier ustensile de cuisine que je me suis acheté (à La Carpe à Paris, rien que ça ma chère !!! avant de m’apercevoir que chez Casa à 800m de chez moi il le vendait aussi, re-Grrr. Heureusement au même prix ).

 

Couché sur le dos :

 

 

vu de profil :             

 

 

C’est un éplucheur de tomates, accessoirement de poivrons, de gingembre et de kiwis. C’est géniale, plus besoin de se brûler les doigts pour éplucher les tomates (que du coup je n’épluchais pas, pour me simplifier la vie).

 

 

 

Alors pour le taboulé de Luolan, c’est parfait.

Voici les proportions :

  • 800 gr de tomates (j’ai mis 1 kg)

  • de la menthe

  • du persil (elle n’en mets pas)

  • 250gr de semoule

  • le jus d’un citron ou un et demi

  • un ou deux oignons

  • 6 cuillères à soupe d’huile d’olive.

  • Sel et poivre.

Donc éplucher les tomates et les oignons, les couper en quartiers et mettre dans le mixer avec le persil et la menthe lavé et séché. Mixer jusqu’à l’obtention d’un « jus ». Verser sur la semoule. Rajouter l’huile d’olive et le jus de citron, sel et poivre; bien mélanger. Laisser au frais quelques heures (minimum 3heures).

 

Voilà ce qu’il en restait :

 

J’adore le beurre d’escargot, mais à part les escargots avec quoi le manger ? J’aime bien les escargots aussi, mais on ne peut pas en manger tous les jours quand même.

Donc hier en regardant dans mon frigo, j’ai vu un paquet de champignons qui se morfondait. Un éclair de génie (si si) ma frappé et je me suis lancée dans les champignons de paris au beurre d’escargot.

 

Pour 400 gr de champignons de paris de taille moyenne

  • 60gr de beurre mou
  • du persil (j’ai utilisé celui de Monsieur Picard)
  • une gousse d’ail pressé

Mettre le four à chauffer à 210°.

Nettoyer les champignons, enlever le pied. Mélanger le beurre avec l’ail et le persil. Remplir les champignons du mélange. Mettre au four pendant 30mn à 45mn.

 

Cela sent très bon, et en plus c’est délicieux.

Dans la catégorie, je prépare tout avant et puis je ne m’en occupe plus pendant une heure. J’adore ces plats se font vite. En plus je n’aime pas trop les odeurs de poisson dans la maison, donc la cuisson au four est parfaite.  Voilà ce que nous avons mangé hier soir.

Pour 5 personnes

  • 5 filets de poisson (j’ai pris des filets de daurade sébaste chez Mr Picard)
  • 2 à 3 courgettes
  • 2 à 3 tomates
  • 1 oignon
  • de l’huile d’olive
  • le jus d’un demi citron
  • Sel et poivre
  • Du thym et du romarin

Préchauffer le four à 200°.

Je tapisse le fond du plat à gratin avec des rondelles de courgettes, je pose les filets de poisson par-dessus, ensuite je mets des tomates coupés en tranches sur le poisson. L’oignon coupé en tranches par-dessus. Un filet d’huile d’olive versé sur le poisson, ainsi que le jus de citron. Saler poivrer et mettre le thym et le romarin, puis au four pour une heure.

 

Remarques : sur les quantités, pour tapisser mon plat à gratin, deux à trois courgettes suffisent selon la taille. A vous d’ajuster. Les tomates elles donnent le jus, donc plus vous en mettrez plus vous aurez du jus, dans ce cas j’en ai mis cinq ou six toutes petites. Quelque fois je mets comme poisson des blocs de cabillaud du genre carré.

 

On ne voit pas le poisson, mais il est bien en dessous, les tomates sont presque confites. Je l’ai servi avec un mélange semoule et autres céréales.

J’ai cru comprendre ne pas être la seule à faire cette recette (remarquez, c’est plutôt une astuce qu’une recette) mais je vous la livre pour vos apéros estivaux en complément du saucisson-olives.

 

 

 

Vous allez voir c’est extrêmement compliqué :

 

 

 

Une boite de thon entier au naturel (à l’eau) de 200gr (140gr net égoutté)

Une boite de St moret de 150gr

En option : poudre de curry ou de tand

Mélanger dans un bol à la main le thon et le St Moret. Saupoudrer de curry ou de tandoori. Et c’est tout.

 

Nous trempons dedans des chips tortillas, des bâtonnets de carottes, ou de concombre. On peut en faire des toasts avec du pain grillé. Bref on « dip » ce que l’on veut.

Un crumble à la tomate qui provient d’un livre intitulé Crumbles par Camille Le Foll aux éditions Marabout, je vous livre ma version un peu modifiée.

 

 

Ingrédients : 

  • environ 1 kg de tomates
  • 3 à 4 oignons blancs selon la taille
  • du beurre
  • de la cassonade
  • thym et romarin

pâte :

  • 100 gr de beurre
  • 140 gr de farine
  • 80 gr d’amandes concassées
  • 60 gr de parmesan
  • sel et poivre

 

Préchauffer le four à 200°.

Couper les oignons et les faire revenir doucement dans une poêle avec du beurre, quand ils commencent à prendre de la couleur les saupoudrer de cassonade et laisser cuire 10 minutes à feu doux, pour faire caraméliser le sucre.

D’autre part couper les tomates en morceaux et les laisser s’égoutter dans une passoire une dizaine de minutes.

Verser les oignons dans un plat à four et mettre les tomates par-dessus, mettre le thym et le romarin.

Préparer la pâte : mélanger la farine avec le beurre froid coupé en morceaux, le parmesan râpé et les amandes, le sel et le poivre. On mélanger du bout des doigts ou avec un couteau (quand on est une chochotte comme moi). Verser cette pâte sur le mélange tomates-oignons. Mettre au four 1 heure et servir.

 

Remarques : Comme d’habitude je suis un peu imprécise quant aux quantités. Pour les tomates et les oignons j’augmente selon le nombre d’invités. Par contre la pâte reste fixe. La recette originale dit d’épépiner les tomates, je préfère ne pas le faire. Elle inclut aussi de l’huile d’olive dans la pâte que je ne rajoute pas. Pour la quantité de cassonade, voyez vous-même de manière à ce que les oignons soient enrobés et à votre goût.

 

Je sers ce crumble avec en accompagnement de barbecue avec les pommes de terre déjà citées.

Courgettes farcies avec les courgettes du jardin! Un top en cette saison estivale

Aujourd’hui est une journée jardin, il faut préciser que suite à quelques travaux, le jardin derrière la maison ressemble à un champ de patates. Mais un champ surélevé par rapport à ce qu’il était précédemment de 40 à 50 cm, donc mon arrivée d’eau (pour le jardin) est à 50 cm sous le niveau du jardin. J’ai les mains en compote à force de creuser, des ampoules partout (pauv ptite chérie). Le Bob bosse ce matin, vous pensez bien que sinon je lui aurait refilé le bébé. Mais il faut le faire avant qu’il ne fasse trop chaud, déjà là à 12h il fait 29°. Evidemment, quand j’ai enfin réussi à remettre l’eau en route, je m’aperçois qu’il y a une énorme fuite au niveau d’un tuyau qui lui n’est qu’à 20 cm sous la terre. Bon j’arrête tout, il y a des limites à ce que je suis prête à faire. Le Bob va devoir s’y coller en revenant.

Courgettes farciesJe vais donc commencer à réfléchir au déjeuner : Je pensais faire des courgettes farcies, j’avais mis au congélateur de la farce (env 800gr) acheté chez mon charcutier (non je ne fais pas ma farce, je l’achète toute faite, si quelqu’un a une bonne recette, pas compliqué, je prend) en me disant qu’avec mes formidables courgettes j’allais avoir de quoi faire un de ces jours.

Je suis allée voir mes courgettes que j’ai un peu négligées depuis quelques jours et je suis tombé sur deux monstres de 40 cm de long. Alors je les ai coupés en gros tronçons, évidées et remplies de farce (je ne vous ai pas précisé que j’ai décongelé la farce, mais vous faites comme vous voulez). Il me restait 2 tomates qui s’ennuyaient que j’ai coupés en petits morceaux pour mettre au fond du plat, du sel et du poivre.

¾ d’heure au four, servi avec du riz et voilà le déjeuner du dimanche qui est prêt. Bon appétit.

Bon, je sais, il y a autant de façon de faire un curry que de chemins qui mènent à Rome. Et surtout il y a autant de mélange différents d’épices que de cheveu sur le crâne de mon Bob (qui n’en a plus trop mais quand même si on les comptait cela chiffrerait certainement).

Bref chacun à ses épices et sa recette.  Pour les épices je trouve que Mr Ducros  dans sa gamme Saveurs brutes a un curry qui est pas mal mais surtout au niveau de la présentation, je m’explique les épices ne sont pas complètement moulus donc c’est assez joli à saupoudrer. Par contre quand il faut faire un poulet au curry, je ne jurais que par les épices Sharwood, le mild ou le strong selon. Mais je n’en ai pas encore trouvé ici à Aix. Donc en attendant pour faire le plat favori de mon Bob et de mes trois loustics il a fallu improviser avec ça :

(J’ai un mal de chien à faire des photos de prés sans que cela devienne flou, je vais persévérer mais en attendant c’est flou !!! désolée)

C’est de chez Pataks, de la pâte à curry indienne Mild. Ne vous fiez pas au mild. Il est indiqué sur le pot 8 cuillères à soupe c’est-à-dire 120 gr pour 800 gr de poulet, et c’est l’horreur. J’ai essayé je vous le jure ne le faites pas.

Bon voilà la recette que je fais :

  • 800 gr de poulet avec os de préference

  • 1 oignon

  • 1 gousse d’ail

  • 1 cuillère à soupe de pâte Pataks de curry

  • une boite de tomates pelés

  • un verre d’eau

  • une boite de lait de coco (env 150 à 200ml)

  • éventuellement une courgette coupée en dés (cela donne de la texture à la sauce)

  • Sel et poivre

Faire revenir le poulet dans de l’huile d’olive pour le faire dorer, puis réserver.

Faire revenir l’oignon avec l’ail dans la sauteuse quelques minutes à feu moyen, pour qu’ils prennent un peu de couleur.

Mettre une cuillère à soupe de la pâte à curry avec les oignons et faire revenir une minute ou deux.

Remettre le poulet, ajouter les tomates, le lait de coco. Et les courgettes si vous le souhaitez. Salez – poivrez.

Faire cuire à feu moyen 60 mn, ou plus longtemps (2h) à feu très doux.

En général je préfère faire ce plat la veille, et le réchauffer, je trouve qu’il a encore plus de goût. Si vous utilisez des blancs de poulets, je vous recommande de rajouter un bouillon cube.

Ensuite pour le servir, du riz Basmati ou Thaï, des bananes coupés en tranches, un mélange concombre yaourt, de la poudre de coco, et du chutney.

Que faire quand il reste du poulet rôti (ou n’importe quelle autre viande : bœuf ou porc). Chez nous c’est souvent du porc ou du poulet rôti. Remarquez je fais exprès d’en faire beaucoup, pour pouvoir faire mon frichti aprés.

Nous on appelle ça frichti, hier soir au resto ils ont appelés ça Mia Xi au poulet (je crois que c’était ça). Bref ce sont des nouilles sautés avec tout ce vous voulez.

J’utilise des nouilles achetées chez mon épicier Chinois préféré :

Je vous donne la recette brute de décoffrage, sans préciser de quantités, je le fais toujours au pif selon ce que j’ai.

Je fais revenir des oignons coupés en petits morceaux, de l’ail et du gingembre râpé (ou coupé en morceaux également) dans de l’huile d’olive. Juste pour que cela prenne un peu de couleur. Je les mets de coté. Ensuite je fais revenir selon ce que j’ai en stock des courgettes coupées en dés, des poivrons rouges, des champignons (de paris ou plus exotiques). Je mets de coté aussi.

Faire cuire dans de l’eau bouillante et salé les « nids » de pâtes (je compte un nid par personne les jours de grands appétit). Pour la cuisson suivre les indications du paquet. Surtout ne pas trop les faire cuire et les passer à l’eau froide tout de suite pour pas qu’elles collent. Mettre de coté.

En partant du principe que la viande est coupée en petits morceaux. Sortir les épices : poivre et sel, cinq-epices, soja et poivre du sichuan.

Tout mettre dans une sauteuse ou Wok mélanger et servir chaud.

Voilà à quoi cela ressemble : du gloubiboulga mais je vous assure c’est très bon.

 

Monsieur Bob est persuadé que le barbecue du Dimanche, c’est des vacances pour moi. Evidemment c’est lui qui allume le barbecue, c’est lui qui fait les grillades, c’est lui qui surveille les grillades de son fauteuil avec un verre de rosé à la main (avec modération bien entendu). Et moi je ne fais que les accompagnements. Je suis d’accord, faire trois tomates et deux patates c’est pas difficile mais c’est minuté. Je dois être prête, c’est le barbecue qui donne le feu vert. Bien sûr on ne peut pas arreter le barbecue une fois qu’il a démarré.

 

Donc voici ce qui était prêt quand Monsieur a donné le top départ :


 

Des pommes de terre et des tomates prêtes à mettre au four.

Pour les pommes de terre c’est une recette qui me vient de Anne B.

Laver les pommes de terre, les couper en deux et puis recouvrir d’une fine couche de sel fin. ¾ d’heures au four à 200°, et elles ressortent légèrement gonflé.

Pour les tomates, laver puis couper en deux. Mettre dessus de l’ail pressé, ce que vous avez en magasin comme herbes, moi j’ai mis du basilic. Sel et poivre puis huile d’olive. Au four à 200° aussi longtemps que vous voulez, elles finissent par être difficile à servir mais tellement goûteuses. Ici je l’ai ai laissé également ¾ d’heure. On peut également mettre un peu de sucre en poudre sur chaque tomate pour contrecarrer l’acidité.

 

Et voici le résultat :

 

 

Je sert les pommes de terre avec ça :


 

Sauce aux herbes :

un yaourt brassé, deux cuillères à soupe de crème fraîche, des herbes vertes hachées (aneth, persil, basilic, cerfeuil ou ciboulette), sel et poivre.

Tout mélanger et servir.

 

Pour les herbes je mets ce que j’ai, hier c’était persil + aneth. Les enfants préfèrent à la ciboulette.

Nous servons également cette sauce comme dip pour les bâtons de carotte en attendant que le barbecue soit prêt.

Voilà pour un petit dimanche au soleil. Bonne semaine à tous

Je viens de recevoir en direct de Stockholm un magnifique livre de cuisine de Anna Bergenström. Il s’appelle « Kärlek, Oliver och timjan » sous titré « Mat för välbefinade ». C’est à dire « Amour, Olives et Thym » et « Nourriture pour le bien-être ».

 

 

J’ai plutôt tendance à éviter les trucs étiquetés « sains et naturels » ou « bio et écolo » ou tout un tas d’autres qualificatifs du même genre. J’en ai assez que l’on m’explique à longueur de journée que je ne mange pas bien. Même si en général « ON » a raison.

 

 

 

Donc dans la même lignée j’évite les livres qui me veulent du bien. Il fallait une exception pour confirmer cette règle, et ce serait ce livre. Les recettes sont plutôt méditerranéennes et beaucoup de légumes secs et peu de viande.

Je connais cet auteur depuis la première fois que j’ai quitté le domicile parental avec sous le bras le livre de poche de Anna Bergenstöm « Första kokboken » (Mon premier livre de cuisine) en livre de poche : il coûtait la modique somme de 19,50 Couronne, à l’époque ou le Franc et la Couronne se valait. Depuis ce livre a pris des taches et les pages se détachent. Il reste ma référence pour tout un tas de plats simples.

 

Aux cours des dernières années j’ai reçu certains de ses livres (Merci Maman). Une autre bible étant « Rotation i Köket » (Le robot dans la cuisine). Pour vous situer Anna Bergenstöm, c’est une ancienne journaliste de Dagens Nyheter (grand quotidien du matin) et a une quinzaine de livres de cuisine à son actif, les derniers étant illustré par des photos de sa fille Fanny. J’ai regardé sur Amazon, mais ses livres n’ont pas été traduits en Français ou en Anglais.

Tout pleins de bonnes choses mais en suédois donc je vous traduirai les recettes que j’utiliserai.

La première recette essayée est un Pesto rosso.

Ingrédients pour 250gr de pesto :

  • 75 gr de parmesan
  • 100 gr de tomates séchées
  • 50 à 75 gr de pignons de pin
  • 2 gousses d’ail pressés (je n’en ai mis qu’une)
  • 1 dl d’huile d’olive
  • un peu de poivre noir
  • éventuellement du sel

Si vos tomates sont trop sèches, mettez les dans une casserole recouvertes d’eau, faire bouillir 2 mn puis laisser reposer hors du feu 10 mn environ.

Sortir les tomates de l’eau et les couper en petits morceaux. Mettre ces morceaux dans le robot pour les hacher. Arrêter le robot, ajouter les pignons, le parmesan râpé et les gousses d’ail pressés. Mélanger un peu. Rajouter l’huile d’olive petit à petit. C’est à vous de voir quelle consistance vous voulez donner au pesto, selon l’utilisation que vous allez en faire. Rajouter si vous les souhaitez du poivre et du sel.

Personnellement je n’ai pas rajouté de poivre, ni de sel. J’ai arrêté de mettre de l’huile d’olive quand la consistance ressemblait à une pâte tapenade. J’ai mis mon pesto dans un pot de confiture. Cela doit se garder quelques jours au réfrigérateur.

Je l’ai essayé avec des pâtes fusilli, et j’ai beaucoup aimé. Avec des chips tortilla, cela mériterait un peu plus d’huile. Prochain essai sur des tranches de pains grillés pour l’apéro.

Il est possible que certains d’entre vous s’interrogent sur le bien fondé de la cuisine du sud vu par des Suédois mais essayez et dites moi ce vous en pensez

 

Un Caviar d’aubergines Pour assaisonner des tomates, ou pour manger avec du pain, ou alors comme un dip avec des chips.

Pour cette recette je suis les recommandations de ma maman qui est suédoise, donc je ne peut pas garantir que cette recette est toute a fait conforme, mais moi je l’aime comme ça :

Ingrédients :

  • 2 aubergines de taille moyenne
  • une à deux gousses d’ail (selon les goûts)
  • une tomate
  • un oignon blanc frais
  • huile d’olive (environ 30ml)
  • sel et poivre

 

Allumer le four à 200°. Mettre les aubergines lavées dans un plat allant au four, pendant 30 à 45mn. Le temps dépend de la grosseur des aubergines. Les retourner à mi-parcours. Elles doivent devenir molles.

Lorsque les aubergines sont prêtes, les couper en deux, pour séparer la chaire de la peau. Mélanger au mixer, la chaire des aubergines avec la tomate pelée, l’ail écrasé, l’oignon coupé en morceaux et le sel et le poivre. Ensuite je rajoute l’huile d’olive en filet pendant que le mixer tourne, de manière à obtenir une consistance presque comme de la mayonnaise. Hmmm

Caviar d'aubergines