raviolis Anna Bini

Et voici la recette des pâtes fraîches aux œufs de Anna Bini. C’est finalement très simple à faire.

 

Ingrédients : 

  • 4 jaunes d’oeufs
  • 240 g de semoule de blé dur
  • 160 g de farine tout usage ou de farine de type «00»
  • Un peu d’eau
  • Un peu plus de farine tout usage pour le pétrissage

Préparation :

Mélanger les farines et déposer sur un plan de travail. Creuser un puits et déposer les jaunes d’œufs

raviolis Anna Bini

 

Mélanger les jaunes d’œufs à la fourchette en incorporant progressivement la farine. Toute la farine doit être incorporée. Ensuite ajouter un peu d’eau à la fois pour former une pâte. Terminer  en pétrissant la pâte à la main durant plusieurs minutes. La pâte doit être lisse et élastique. Envelopper la pâte dans une pellicule plastique et réfrigérer 20 minutes.

Sur un plan de travail légèrement fariné, tailler la pâte en 4 ou 5 morceaux et les fariner légèrement.

Travailler un morceau de pâte à la fois au laminoir de la machine à pâte. Ajouter de la farine sur le plan de travail et sur les abaisses de pâtes entre chaque passage au laminoir. Réduire progressivement l’épaisseur des abaisses au laminoir et visant des formes régulières. Tailler les abaisses en tagliatelles ou en linguines, au choix. Fariner les pâtes taillées pour ne pas qu’elles adhèrent ensemble.

Cuire une petite quantité de pâtes à la fois dans une grande casserole d’eau bouillante salée durant 30 secondes à 2 minutes selon le diamètre des pâtes. Utiliser une petite passoire pour récupérer les pâtes cuites, puis les ajouter directement à un chaudron contenant une sauce chaude ou les envelopper d’un filet d’huile d’olive pour éviter qu’elles adhèrent ensemble.

 

Evidemment il vaut mieux avoir un laminoir, il doit être possible de le faire au rouleau à pâtisserie mais il faut que l’épaisseur des pâtes soit régulière.

A défaut de faire la pâte vous même il doit toujours être possible d’utiliser des pâtes à lasagnes fraîches que l’on trouve toutes faites …

 

Pour voir des photos du cours voir l’article Mes premiers raviolis avec Anna Bini

Pour s’inscrire aux cours de Anna Bini, c’est sur son site ou bien sur EventBrite

 

Tomates poivron ail

Tomates Poivrons Ail pour continuer à utiliser les produits de saison. Une recette d’accompagnement cuit au four. Une suite logique de l’Escalivade que je vous ai proposé récemment.

 

En fait  il y a plusieurs années sur ce blog j’ai fait une recette de Marmouna ou Tchouchouka! Toujours pas bien vu la différence avec les deux. A l’époque je trouvais que la peau du poivron était de trop. En allant regarder sur d’autres sites effectivement la peau est en général retiré en les grillant au four.

Donc avec l’expérience de l’Escalivade je me suis dis que j’allais tout faire griller au four et enlever les peaux …

Ingrédients

  • 3 poivrons rouges
  • 4 tomates plutôt de taille moyenne
  • 4 gousses d’ail
  • Sel et poivre
  • 2 cuillères à soupe d’huile d’olive

 

Faire chauffer le four à 210 degrés.

Laver les légumes et les mettre dans un plat allant au four. Laisser la peau sur les gousses d’ail. Faire deux entailles sur le sommet des tomates. Mettre au four pendant 3/4 d’heure à 1 heuer en retournant les poivrons de temps en temps.

Laisser refroidir votre plat pour pouvoir enlever la peau et les graines des poivrons. Couper les poivrons en lanières et les mettre dans un plat de service. Pour les tomates j’ai juste enlevé le cœur et la peau mais j’ai laissé les graines.  De même que pour les poivrons, les couper en morceaux. Enlever la peau des gousses d’ail, les couper en morceaux ou les écraser légèrement avec une fourchette. Elles doivent être assez cuites pour  presque faire une purée. Les ajouter au plat. Saler, poivrer et ajouter l’huile d’olive.

tomates poivrons ail

Servir avec avec une bonne tranche de pain ou même en accompagnement de votre plat principal.

Remarque : je pense que l’on doit pouvoir bidouiller cette recette en ajoutant un tout petit peu de vinaigre pour y ajouter de l’acidité, des herbes diverses (thym, romarin ou basilic) pour parfumer ou même des épices : piment d’Espelette ou cumin

Escalivade

Le rapport entre cette émission de radio sur France Inter et l’Escalivada, ce plat pleins de légumes du sud, n’est pas évident au premier abord mais il y a un lien je vous l’assure!

J’ai été invité à participer à un épisode du Grand Bleu fin juillet sur le thème « la cuisine de ma mère ». Les autres invités étaient Fatema Hal ethnologue et Chef cuisinier de La Mansouria dans le 11ème à Paris et Mario de Castro journaliste indépendant, auteur de Portugal, la cuisine de ma mère.

J’ai passé un très bon moment à discuter avec Sonia de Villers, Fatema et Mario. Dans ces cuisines de nos mères il y a pleins de ressemblances et de points communs. Entre autres l’utilisation des épices. Le podcast est disponible jusqu’au mois d’avril 2017…. Passer à la radio et surtout France Inter qui est la radio sur lequel tous les postes de la maison sont branchés était un moment légèrement stressant mais Sonia de Villers a su nous mettre à l’aise et j’ai adoré participer. Merci à Sonia et à toute son équipe pour cette invitation.

Le lendemain de mon passage je reçois un mail de Marie Louise qui a entendu l’émission et qui a été voir mon blog, elle a vu mon post sur la ratatouille et me proposait une autre recette du sud qui est l’Escalivade ou Escalivada :

ESCALIVADA (Recette catalane)

Préchauffez le four, thermostat 7. Lavez et séchez une aubergine, une tomate et un poivron. Enlevez la queue et la partie verte de la tomate et de l’aubergine. Faites quatre entailles en croix sur le haut de la tomate.

Mettez tous les légumes sur une grande feuille d’aluminium sur la lèchefrite (= grande plaque creuse) du four. Faites cuire environ 30 mn. Surveillez la tomate et sortez-la quand elle est cuite. Tournez le poivron de temps en temps et sortez-le quand il est cloqué sur toutes ses faces. Enfermez-le dans un papier d’alu quelques minutes. Enveloppez l’aubergine dans le papier d’aluminium et laissez-la une dizaine de minutes dans le four éteint.

Enlevez la peau, la queue et les graines du poivron et coupez-le en lanières dans un plat assez large. Ajoutez la tomate puis l’aubergine coupées en morceaux, ainsi qu’un oignon rouge épluché et coupé en dés. Salez, poivrez, versez une cuillerée à soupe de vinaigre (de Xérès, de préférence) et trois cuillerées à soupe d’huile d’olive. Par-dessus hachez menu trois gousses d’ail et une dizaine de branches de persil (plat, de préférence). Mélangez.

L’escalivada se mange chaude, tiède ou froide, à votre convenance. Elle accompagne à merveille les viandes grillées au barbecue.

En Catalogne française (Roussillon, Pyrénées Orientales) ou espagnole, on s’arrangera pour prononcer « escalibade », sinon on se moquera de vous.

 Idéalement, l’oignon rouge viendra de Toulouges (pas Toulouse), village du Roussillon (Pyrénées Orientales).

Si on aime cette recette (version de Mme Comelade), on accordera une pensée émue au souvenir de Joséphine Modat, gourmande catalane qui me l’a fait découvrir.    

 

J’adore recevoir ce genre de mail et je remercie grandement Marie Louise. J’avais essayé de faire une Escalivade il y a quelques années en chipant des idées par ici et par là sur le net. Mais la recette de Marie Louise me tentait bien. Donc voilà ce que j’ai fait, sans les oignons rouges de Toulouges malheureusement….

 

Ingrédients :

  • 2 aubergines
  • 2 poivrons
  • 4 tomates
  • 2 oignons blancs
  • 1 gousse d’ail
  • 3 cuillères à soupe d’huile olive
  • 1 cuillère à soupe de vinaigre de Xérés de préférence (je ne l’ai pas mit dans la version présenté ci dessous)

 

Faire chauffer le four à 200°.

Laver les légumes et les mettre dans un plat allant au four. Faire avec un couteau deux entailles sur le dessus des tomates.

Mettre au four pour 3/4 d’heure en tournant les aubergines et les poivrons de temps en temps.

Sortir le plat du four. Enlever la peau et les graines des poivrons, couper les poivrons en lanières. Enlever la peau de l’aubergines et couper la chair en morceaux. Pour les tomates, les couper en morceaux en enlevant le cœur. Couper les oignons en morceaux ainsi que l’ail et mettre tous les légumes dans un plat. Saler, poivrer, ajouter l’huile et le vinaigre si souhaité.

Escalivada

J’ai fait cette recette plusieurs fois et je n’avais pas toujours du vinaigre sous la main donc cette version est sans vinaigre, mais franchement avec ou sans c’est parfait. L’Escalivada se mange chaude, tiède ou froide. Nous l’avons mangé froide pour accompagner un barbecue et nous nous sommes régalés.

 

Merci Marie Louise pour cette recette fabuleuse.

Et si vous voulez suivre les aventures de Sonia de Villers sur France Inter c’est à 9h40 du Lundi au Vendredi dans l’ instant M, son compte twitter est @sonia_instantM

Vu dans le dernier Marmiton mag, une astuce pour faire un oeuf poché facilement.

Oeuf poché

 

Il faut bien dire que ce magazine est rempli d’astuces diverses et variés. J’adore les coups de gueule de Christophe Duhamel, l’édito de Claire Debruille. Le numéro de ce moi ci a un dossier sur les oeufs qui est bien rempli. Pleins de recettes différentes mais ce qui a attiré mon œil est l’astuce pour faire des œufs mollets au micro-ondes. Difficile de faire plus simple. La seule question à se poser étant la puissance de votre micro ondes et donc le temps de cuisson.

Dans un ramequin allant au four à micro ondes, mettre 4 cuillères à soupe d’eau. Caser un oeuf dedans et mettre au micro ondes. Dans le mien il a fallu 1mn05. J’ai commencé par 45 secondes et comme cela ne suffisait pas j’ai ajouté 10s puis encore 10s. A vous de tester combien de temps il vous faut. Faites le par paliers pour être surs.

Avec un peu de ciboulette sur des asperges vertes (comme dans la magazine d’ailleurs) c’était très très bon. Un peu de sel et de poivre ne nuit pas non plus.

Oeuf poché

Encore une recette toute simple de dos de cabillaud mais avec une irrésistible sauce au vin blanc et à la crème qui est absolument diabolique.

 

J’ai eu l’occasion de tester cette sauce lors d’une soirée récemment quand Cécile de Petite fourchette et grande cuillère nous a fait un bar en croute de sel et son irrésistible sauce. Comme nous étions chacune en train de cuisiner je n’avais pas bien suivie ce que faisait Cécile mais j’entendais parler des quantités de vin de crème utilisés et j’ai cru mal entendre…. C’est énorme mais effectivement irrésistible. J’ai donc voulu tester cette merveille et quoi de plus simple qu’un dos de cabillaud. Encore une fois je ne savais pas combien nous serions à table donc j’avais prévu pour 4. Finalement nous n’étions que 3 mais nous avons tout à été dévoré…

 

Ingrédients pour 4 (ou 3 grands gourmands)

  • 1 dos de cabillaud d’environ 800gr
  • Sel
  • 1 cuillère à soupe d’huile d’olive

pour la sauce

  • 3 carottes
  • 2 échalotes
  • 1 oignon
  • 2 gousses d’ail
  • 1 branche de céleri
  • 1 feuille de laurier
  • du thym
  • sel et poivre
  • 0,5  litre de vin blanc
  • 0,5 litre de crème fraîche liquide
  • 40gr de beurre
  • 2 cuillère à soupe d’huile d’olive

Accompagnement :

  • Quantité suffisante de Rattes du Touquet

Nettoyer et éplucher les carottes, éplucher les oignons, échalotes et gousse d’ail et les émincer. Nettoyer et couper en tronçons la branche de céleri. Mettre l’huile et le beurre dans une casserole et faire chauffer. Mettre en premier l’ail, les échalotes et l’oignon. Baisser le feu et laisser quelques minutes. Ajouter les carottes, céleri, feuille de laurier et le thym. Ajouter le vin blanc et faire réduire.

Récupérer le jus à travers d’un chinois. Et réserver les légumes. Remettre le jus dans la casserole et ajouter la crème fraîche. Laisser réduire à feu doux.

Mettre le four à 190°. Rincez le dos de cabillaud et séchez le. Mettre un peu d’huile d’olive dans un plat allant au four. Poser le dos de cabillaud dans le plat, saler et mettre les légumes de la sauce par dessus pour le couvrir.

Mettre au four pour 20mn environ.

 

Avant de servir la sauce vérifiez l’assaisonnement, salez, poivrez.

Irrésistible sauce pour accompagner un dos de cabillaud

Nous avons mangé cette merveille avec des Rattes du Touquet juste cuites à l’eau salé. Cette sauce est vraiment très très bonne. Il reste juste comme une  imprécision dans ma recette : le temps de réduction. Cela dépend tellement de votre type de feu et de casserole que c’est à vous de voir quand la concentration des goûts vous convient. La deuxième fois que je l’ai fait avec des coquilles St Jacques j’ai ajouté un poireaux dans les légumes et cela a nettement moins plus à certains. Mais beaucoup à d’autres qui ont fini la sauce avec des pâtes 😉

 

PS je suis toujours aussi ravie de mes plats à gratins Falcon . Ils existent toujours en bleu et pour pie chez My Sweet boutique. Ils sont facile à ranger (léger et empilables) se nettoient comme un rien. Parfait!

Des pâtes à l’huile de truffe, rien de plus simple à faire et tellement bon.

Comme beaucoup de bloggeuses j’ai la chance de recevoir des produits à tester! Cette semaine c’était un magnifique colis de la Famille Pebeyre. Un truffe en conserve, de l’huile d’olive à la truffe blanche, de l’huile d’olive à la truffe noire et du sel à la truffe d’été. Un vrai cadeau de Noël avant l’heure.

Comme je voulais essayer tout de suite sans attendre et que mon frigo est relativement vide (comme dirait mon mari, c’est quoi ce frigo vide de bloggeuse culinaire….) nous avons décidé ma Poulette et moi de faire juste des pâtes à l’huile de truffe. Et comme elle gardait un souvenir ému de pâtes à la truffe blanches nous avons décidé d’utiliser cette dernière.

Ingrédients pour 2

  • 300 gr de pâtes nous avons pris des Trophie Liguri (et nous avions faim)
  • 2 cuillères à soupe d’Huile d’olive
  • 1 cullère à soupeHuile d’olive aux truffes blanches
  • Sel aux truffes d’été
  • Poivre
  • Parmesan

Les quantités d’huile sont approximatives, à vous de juger comment vous souhaitez équilibrer le mélange des huiles.

Faire chauffer une grande quantité d’eau salée. Mettre les pâtes dedans pour 10mn (il était noté 11mn sur le paquet). Pendant la cuisson dans un grand bol, mélanger les huiles.

Vous pouvez saler dés à présent mais nous avons préférées le faire à l’assiette pour goûter d’abord sans le sel de truffe, de même vous pouvez ajouter directement la quantité de parmesan que vous souhaitez dans le bol.

Quant les pâtes sont prêtes, prélever environ 50ml (1/2dl) d’eau de cuisson dans une tasse. Bien égoutter les pâtes, les verser dans le bol et verser les 50ml d’eau de cuisson qui permettent de fixer l’amidon ou de lier la sauce (selon des sources diverses et variés). Mélanger et servir vite pendant que c’est chaud.

Dans l’assiette, ajouter selon vos goûts un peu de sel aux truffes et/ou du parmesan.

Cela sentait tellement bon en mettant son nez au dessus de l’assiette. Dommage que je ne puisse pas vous faire partager cela.

Pâtes a l'huile de truffe

 

La photo est sans chichis et frous-frous mais franchement aucun chichis est nécessaire tellement c’est bon.

Par contre ce que je peux partager avec vous c’est que vous pourrez découvrir ces merveilles au salon des Plaisir Gourmands à l’espace Champerret à Paris du 6 au 8 décembre puisque Pebeyre y sera pour pésenter ses produits, les truffes frâiches, les huiles de truffe, le sel…..

Site des Truffes Pebeyre

Page Facebook

Salon des Plaisirs Gourmands

Un week end tranquille à la maison, une envie de faire du pain et une envie d’utiliser de nouveau la farine de Lin ou Linette du label BleuBlancCoeur, cela donne des pains aux graines. C’est toujours cette recette de pain sans pétrissage qui est très rapide et qui ne lève qu’une fois. Un véritable plaisir à faire et à manger.

J’ai donc remplacé environ 10% de la farine par de la farine de lin et pleins de graines dont des graines de lin même si je sais que ce n’est que pour le croquant des graines.

Ingrédients : 

  • 330 g de farine
  • 45g de farine de lin
  • 1 sachet de levure sèche
  • 1 cuillère à café de sel
  • 25 cl d’eau tiède
  • 5 cl de lait tiède
  • 1 cuillère à café de miel
  • 45gr de graines de courges séchés
  • 45gr de pistaches non salés
  • 20gr de graines de lin
  • 2 brins de thym effeuillés

Mettre les farines dans un bol, faire un puits ajouter la levure puis l’eau tiède (attention pas trop chaude sinon on « tue » la levure, ni trop froide, sinon elle ne lève pas). Mélanger et laisser poser quelques instants.  Ajouter les graines, le thym, le miel dilué dans le lait tiède et le sel. Mélanger mais pas trop. La pâte reste légèrement collante. Couvrir d’un linge et laisser à l’abri des courants d’air pendant une heure. Au bout de 45mn mettre le four à chauffer à 200°.

Quand la pâte a levé, fariner votre plan de travail et toujours sans pétrir, former un boudin et partager en 10 à 12 petites boules ou boudins. Poser sur une plaque recouverte de papier sulfurisé et mettre au four. Juste avant de fermer la porte, verser de l’’eau dans la lèche frite, c’est ce qui donne ce coté doré au pain. Faire cuire pendant 25 à 30mn.  Pour cette fournée en forme de pains allongés, 25mn ont suffit. Laisser le pain refroidir sous un torchon.

Pains aux graines

 

Autre recette avec la farine de lin : le gâteau à l’orange où  j’avais utilisé plus de farine de Lin que de farine blanche

Comme promis j’ai essayé ma propre version de crackers au graines.  C’est déclinable à l’infini ce truc là.J’ai changé de graines et d’huile. Il me semblait que l’huile de tournesol serait plus neutre que  colza. Pour le graines, j’ai utilisé un mélange tout prêt que j’vais à la maison, tournesol, pignons et graines de courges, et une bricole trouvé lors d’une balade dans Paris à la Pistacherie. Une boutique entièrement consacré aux fruits secs. Une jolie découverte.Pleins de classiques et de moins classiques J’ai adoré les physallis confites, mais je suis repartie avec des graines de grenades séchées. Ca croque sous la dents et ça colle, le jus de grenade qui  est devenu un peu pâteux donne un petit goût sucré très agréable. Du coup les crackers sont légèrement sucré-salé. Mais servi avec un dip thon-fromage frais c’était parfait pour le picnic de Dorian du 5/8.

 

Ingrédients :

  • 2dl de maïzena
  • 1dl de graines de sésame
  • 1dl  de graines d’un mélange tournesol, pignons, et grains de courge
  • 1/2 dl de graines de de pavots
  • 1/2 dl de raines de grenade
  • ½ dl d’huile de tournesol
  • 2,5 dl eau bouillante
  • Quantité suffisante  de fleur de sel

Mélanger  tous les ingrédients dans l’ordre (sauf la fleur de sel). Étaler le mélange sur du papier allant au four sur une plaque et tracer des lignes au couteau pour définir la taille de vos crackers. Mettre de la fleur de sel par dessus.

Au four pour une heure à 150°.

crackers aux graines

Quant au picnic, comme d’habitude il y a avait une belle brochette de gourmands, pleins de bonnes choses à manger et de nouvelles têtes à rencontrer!

Adresse : La Pistacherie  64 rue de Seine à Paris 6eme 01 43 29 08 11

 

Crackers aux graines

Ces crackers aux graines sont semblerait-il la dernière mode à Stockholm, ils s’y tous mis et la recette passe entre toutes les mains. A manger avec du fromage ou n’importe quel sauce dip, c’est un une petite merveille que m’a fait découvrir ma cousine Lotta de passage à Paris ces quelques jours. Elle m’a amené mon stock de bonbons suédois  de chocolat Marabou, des crackers type Wasa en version bio et version thym. Et surtout ces petits frökex (= biscuits/crackers au graines) que j’ai adoré!

Je vous livre donc la recette tel que elle m’a été donné et je pense que je ne vais pas tarder à essayer des variantes.

Ingrédients :

  • 2dl de maïzena
  • 1dl de graines de lin
  • 1dl  de graines de sésame
  • 1dl de graines de tournesol
  • ½ dl d’huile de colza
  • 2,5 dl eau bouillante
  • Quantité suffisante  de fleur de sel

Faire chauffer le four à 150°.

Mélanger  tous les ingrédients dans l’ordre (sauf la fleur de sel). Étaler le mélange sur du papier allant au four sur une plaque et tracer des lignes au couteau pour définir la taille de vos crackers. Mettre de la fleur de sel par dessus.

Au four pour une heure à 150°.

Crackers aux graines

Enjoy!

 

Je suis en ce moment dans une période de rétrospection! Enfin pas trop quand même. Juste une rétrospection culinaire. Je repensais à des recettes que j’ai fait à une époque lointaine où je n’avais pas de blog.

Une des recettes que nous avions souvent pour le plus grand plaisir de mes enfants était une sorte de jus de gingembre. Je l’avais trouvé sur un blog Culinotests pour le nommer. Nous l’avons fait plusieurs fois puis oublié. En ces temps de jus de fruits et de légumes réguliers il m’est revenu à l’esprit. Je peux vous dire que j’ai passé un certain temps pour le retrouver. Et voilà!!! Je ne retrouve pas la date sur le post mais ça doit dater de 2005 ou début 2006!!

 

Cela s’appelle l’apéritif sans alcool, avec la précision que ça déchire. Je vous recommande l’article.  Nous le mélangeons tout bêtement à du jus de fruits ou à de l’eau pétillante. Et ça donne un peps incroyable à toutes les boissons. Et du peps aux buveurs!

 

Ingrédients :

  • 140gr Gingembre en racine, nettoyé et rapée
  • 1,5l d’eau.

Faire bouillir l’eau pendant l’épluchage et le râpage du gingembre. Je l’ai rapée à la main et franchement c’était rapide et pratique. Quand l’eau bout, la retirer du feu et mettre le gingembre dedans. Laisser reposer environ 40mn. Jusqu’à ce qu’il soit presque à température ambiante.  Filtrer, et mettre dans des bouteilles. Mettre au frais et consommer avec ce que vous voulez. Attention c’est un peu fort donc il vaut mieux le diluer.

Cela doit se conserver quelques jours au frais. Cela étant dit nous le consommons assez rapidement!

Mon petit doigt me dit que Birgit va l’associer à autre chose….

Les soupes, vaste sujet que  voilà. Je vous propose un post avec de la soupe maison et de la soupe fait par des industriels dedans mais surtout avec des petites choses en plus …

 

Pour nous dans notre famille la soupe c’est surtout celle que l’on mange le dimanche soir pour compenser les repas trop lourds du week end ou d’après les réveillons.  Essentiellement des soupes de légumes, même si quelque fois j’en fais des différentes. (Voir la rubriques Soupes.)

Je ne vais pas parler de régime détox malgré que ce soit la mode en ce moment. C’est juste qu’en hiver (même si le froid n’est pas vraiment là) la soupe reste un repas complet rapide, facile à faire et même bon d’après mes ados. Cela étant dit, ils n’ont pas toujours été de cet avis là mais en grandissant, ils apprécient. Pour peu que dans le bol il y ait un petit quelque chose en plus de la soupe. Une cuillère de crème fraîche, des croûtons, des lanières de pancetta grillés à sec, des éclats de noisettes toujours grillés à sec, du fromage râpé…. Rien de très original mais c’est bon!

soirée soupe

Lors d’une soirée organisé récemment par le Syndicat National des Fabricants de Bouillons et de Potage nous avons été invités à agrémenter des soupes toutes prêtes  avec le Chef Martial. Des soupes en sachet et des soupes en brique. et une foultitude d’ingrédients : des crustacés, des légumes, des épices, des herbes

Un velouté de légumes aux crevettes marinés à base d’un soupe en sachet Escapde Thaïlandaise de Maggi dans le quel nous avons rajouté des crevettes cuites mariné avec du gingembre frais, du citron vert, de la citronnelle, de la coriandre du piment et de l’huile d’olive. Ou une soupe de légumes et oeufs mollets à base d’une soupe en brique de 8 légumes de Knorr avec des oeufs mollets et de pousses d’épinards. Ou encore une soupe aux légumes croquants à base d’une soupe Potiron Châtaigne de Liebig dans laquelle on a rajouté des légumes racine râpés. Et enfin une Bisque de Homard aux langoustines avec des langoustines crues, du wasabi, des herbes et du zeste d’orange…..

Cela rend les soupes festives et permet de rajouter sa petite touche, même si dans certaines des recettes c’était plus une nouvelle soupe que celle de départ. De là a dire « C’est moi qui l’ai fait », je vous laisse juge. Mais moi cela m’a donné de bonnes idées et j’ai trouvé ça original et bon.

D’ailleurs vous en mangez vous des soupes industriels? Chez nous les versions asiatiques ont un certain succès auprès certains des membres de la famille, le petit dernier se concentre surtout sur la brique de soupe à la tomate. Il adore ça. De mon coté j’ai un faible pour la Campbell’s Tomato et la Chicken Soup mais c’est surtout nostalgique, souvenir d’une époque ou je les trouvais facilement dans mon super marché. Ici, je ne les trouve que au Bon Marché ou chez Monop.

Donc chez nous la soupe  qu’elle soit maison ou pas, peut être agrémenté de croûtons à l’ail. Avant je les achetait tout fait mais je me suis aperçu que nous avions régulièrement du pain en rab qui traînait dans la cuisine . Plutôt que de le jeter (je déteste jeter la nourriture), je préfères le recycler en croûtons.

Croûtons à l’ail en accompagnement de soupe

J’utilise de la baguette qui n’est plus fraîche. Je coupe en petit morceaux. Je presse quelques gousses d’ail dans un bol et je frotte chacun des croutons dans l’ail. Je mets le tout dans un plat qui va au four  dans un four chaud à 190° pendant 20mn en entrouvrant de temps en temps la porte du four pour enlever l’humidité. Elle se garde plusieurs jours dans une boite et même certainement plusieurs semaines, mais on les as toujours mangé trop rapidement.

 

Croutons

Lanières de pancetta en accompagnement de soupe

Prendre des tranches de pancetta ou de bacon. Faire chauffer une poêle et mettre dedans les tranches sans matière grasse. Les faire chauffer jusqu’à ce qu’elles soient croustillantes. Les couper en lanières ou les émietter. La même opération peut être faite avec des tranches de chorizo….

Et vous vous mettez quoi dans vos soupes?

Photos de la Campbell’s Soup tiré de Wikipédia 

Cette recette a fait le tour du net en son temps, j’ai pris les proportions proposé par Papilles, qui me vont très bien. Comme je m’en sert régulièrement j’ai voulu lui faire un post à part (comme pour la pâte à tarte minute entre brisé et je ne sais quoi).

 

Ingrédients :

  • 3 petits suisses à 40% de matière grasse (180gr)
  • 180gr de farine
  • 90gr de beurre
  • 1 pincée de sel
Mettre les petits suisses égouttés avec le beurre et la farine et le sel dans votre robot. Mélanger rapidement.   Mettre dans un sac plastique. Si une boule ne s’en pas formé ce n’est pas très grave. Mettez au frigo pour une heure ou 10mn au congélateur.
Sortir la pâte feuilleté du frais. L’étaler au rouleau sur une surface fariné. Donner quelques tours à la pâte si vous souhaitez accentuer le coté feuilleté (je le fait deux fois environ).
Utilisez la pâte comme vous le souhaitez, à blanc (10mn au four  avec des poids pour qu’elle ne gonfle pas) ou avec vos ingrédients. Pensez à la dorer avec un jaune d’oeuf (éventuellement mélangé avec un peu de lait).
Recettes faites avec cette pâte :

Cela fait plusieurs fois que je vous parle dans mes recettes de cette pâte à tarte que je trouve miraculeuse. Tellement formidable que j’ai voulu vous faire un post qui lui soit totalement dédié.

Je m’en sers pour des recettes sucré ou salé. Quand j’ai besoin d’une pâte à tarte cuite à blanc ou pas. Donc utilisable dans toutes les situations.

 

Ingrédients :

  • 75ml d’eau
  • 125gr de beurre
  • 250gr de farine
  • 1 pincée de sel
Faire chauffer l’eau dans une casserole avec le beurre et le sel. A ébullition, verser la farine en une seule fois. Enlever du feu et mélanger avec une cuillère pour former une boule.
Mettre la boule de pâte dans un moule et étaler la pâte avec les doigts.
Pour la cuire à blanc, mettre dans un four chaud (190°) pendant 10 à 15mn. Sinon attendre qu’elle refroidisse un peu et la garnir avec les ingrédients de votre choix avant de la mettre au four.
Recettes faites avec cette pâte :

Je vous parlais donc la semaine dernière du Noilly Prat et du concours de recettes organisé sur le site Noilly Prat. Avant de présenter une recette j’ai d’abord voulu tester le Noilly Prat  dans une recette de tous les jours et j’ai essayé un risotto aux Poireaux et au Noilly Prat en remplacement du vin blanc que je mets habituellement.  D’après ma petite famille, le seul défaut problème avec ce plat était que je n’en avais pas fait assez. Tant qu’à faire je prends ce genre de critique de bon coeur.

 

Ingrédients pour 6 personnes (ou 4 gourmands).

  • 50gr de beurre
  • 2 poireaux (après nettoyage il en restait 170gr)
  • 400gr de riz Arborio
  • 1dl de Noilly Prat
  • 2 à 3 cuillères à soupe de parmesan rapé
  • 3 sachets de bouillon Ariake à la volaille et donc 1,2l de bouillon
  • sel, poivre

 

Faire chauffer l’eau et mettre les sachets Ariake dedans pour infuser. Réserver.

Faire fondre le beurre dans une casserole, quand il est fondu ajouter les poireaux lavés et coupés en tranches fines. Laisser cuire quelques minutes à feu doux jusqu’à ce qu’ils deviennent transparents.  Ajouter le riz, et mélanger pour recouvrir tout les grains de riz avec le beurre. Après quelques minutes, ajouter le Noilly Prat et commencer à verser le bouillon par louche. Mélanger sans arrêt. Quand le bouillon a été absorbé, ajouter une autre louche de bouillon.  A un moment ou à un autre saler et poivrer. Continuer de mélanger en ajoutant du bouillon pendant environ 20mn ou du moins jusqu’à finir le bouillon. Goûter le riz. Si il vous parait cuit, ajouter le parmesan et servir chaud.

Bon allez je continue de chercher une recette à présenter pour le concours….

 

Produit Offert

Une recette pour le concours de sandwichs à base d’agneau organisé  par Agneau Presto.

 

Pour une raison ou une autre, une fois que j’avais déterminé que j’allais utiliser du gigot d’agneau en tranches, cela m’a rappelé les balades du Dimanches avec les parents dans la foret de Fontainebleau. On mangeait toujours des sandwich avec des restes de rôtis, de la moutarde et surtout avec du Knäckebröd (ou pain Wasa). Donc j’étais parti pour préparer quelque chose comme ça et mon entourage m’a dit : « mais tu n’y penses pas, des sandwich au Wasa. Mais c’est dur et ça fait mal aux dents. » Du coup j’ai fait les deux pour contenter tout le monde. La version Française en baguette et la version Suédoise au Wasa!

Ingrédients pour deux sandwichs :

  • 2 tranches de gigot d’agneau roti
  • de la baguette
  • 2 tranches de pain type Wasa
  • 1/2 courgette
  • 1 cuillère à soupe d’huile d’olive
  • quelques brins de romarin
  • quelques feuilles de salade verte
  • du comté

Sauce :

  • 1/2 cuillère à café de moutarde forte
  • 1/2 yaourt de type brassé
  • 1 cuillère à café de crème fraîche épaisse
  • sel et poivre

Mettre le four à chauffer en position grill.

Mettre du romarin  dans un petit bol avec la cuillère d’huile d’olive. Couper la courgette en tranches très fines. Les mettre sur une grille allant au four. Badigeonner avec le mélange d’huile d’olive-romarin. Mettre au four pour quelques minutes en surveillant de très prés jusqu’à ce que les tranches aient un peu grillés. Sortir la grille, retourner les tranches et les saler légèrement. Remettre sous le grill quelques minutes.

Préparer la sauce avec tous les ingrédients : moutarde, yaourt, crème, sel et poivre.

 

Montage des sandwichs:

Pour celui à la baguette, j’ai juste coupé le pain d’un coté,. Ensuite dans les deux cas, j’ai mis une feuille de salade, une tranche de rôti, quelques lamelles de comté, les tranches de courgettes grillés et de la sauce.

 

Je ne vous cache pas que c’est un peu dur de le manger proprement avec cette sauce mais je me suis régalé et j’ai quand même une préférence pour la version Wasa.

 

Toujours dans la catégorie « non au sur-équipement culinaire » voici mon alternative au rice cooker! Une certaine belle-soeur à moi se posant des questions existentielles sur le ricecooker.

Cuisson sans ricecooker

Vous me direz je n’ai qu’a aller lui expliquer de vive voix à Miss Léonie  mais c’est quand même plus rigolo de vous en faire profiter.

Alors tout d’abord ce n’est pas une méthode qui m’est propre.  Ma mère et pleins d’autres gens l’utilisent. Je n’ai absolument rien inventé mais je m’en sers tout le temps.

Ça fait un très bon riz surtout quand le riz est bon avant la cuisson. J’achète le mien chez Tang par paquet de 5kg (plus grand  c’est trop lourd) et surtout je n’achète jamais du riz en sachet pré-dosé  ni du riz du Tonton-de-l’autre-coté-de-la-mare-aux-canard. C’est mon coté intégriste, si vraiment il me faut du riz blanc long grain j’achète du riz de Camargue, nonmého.

Alors à la place du ricecooker j’utilise ça :

Cuisson sans ricecooker

Une casserole avec un couvercle qui ferme correctement, une planche de bois et enfin un verre qui me sert d’unité de mesure (celui-ci contient 180gr de riz cru).

Ensuite je prend 2 verres de riz pour 3 verres d’eau que je mets dans la casserole avec du sel mais cela reste optionnel.

Cuisson sans ricecooker

Je mets la casserole avec le couvercle sur le feu mais pas au maximum pendant 10mn. Au bout de ce temps l’eau a été absorbé. Remarque dans mon cas c’est 10mn pour cette quantité et avec mes plaques. A vous d’ajuster selon les quantités et votre cuisinière. Cette quantité nous a suffit pour 5 en accompagnement d’un plat de viande et avec des épinards.

Quand le temps est écoulé je mets ma casserole sur une planche de bois et là je le laisse reposer au moins 10mn mais en fait le riz peut rester chaud pendant presque 1h. Ce qui est vraiment très pratique quand on veut le préparer à l’avance. Comme ce soir sur 5 personnes, nous étions que 2 au moment de passer à table. Vive les ados qui ont des activités le soir et le mari qui rentrent tard.

Cuisson sans ricecooker

Blague à part, franchement j’ai longtemps  rêvé d’un ricecooker. J’en ai vu des beaux, des pratiques, des petits, des roses et des décorés mais pas de place, c’est pas de place. Et c’est vrai que quand c’est aussi facile que ça on peut s’en passer, c’est vrai qu’il faut pas l’oublier sur le feu mais c’est le seul inconvénient de cette méthode. Bon app!